Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 3.djvu/281

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XVIII


LA HARPE DES CANTIQUES





 
Seconde voix du cœur qui pleure,
Larme sonore du saint lieu,
Poésie, harpe intérieure,
Seule langue qui parle à Dieu !

Ce roi de la lyre divine,
À qui le Seigneur en fit don,
Te pressait contre sa poitrine
Pour lui dire, Grâce, ou Pardon !