Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 3.djvu/5

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


I


ENCORE UN HYMNE




Encore un hymne, ô ma lyre !
Un hymne pour le Seigneur,
Un hymne dans mon délire,
Un hymne dans mon bonheur !


Oh ! qui me prêtera le regard de l’aurore,
Les ailes de l’oiseau, le vol de l’aquilon ?
Pourquoi ? — Pour te trouver, toi que mon âme adore,
Toi qui n’as ni séjour, ni symbole, ni nom !