Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 3.djvu/79

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


VIII


À UNE FIANCÉE DE QUINZE ANS




MÉLODIE




 
Sur ton front, Laurence,
Laisse-moi poser
De l’indifférence
Le chaste baiser.
Si je le prolonge,
Oh ! ne rougis pas !
On s’attache au songe
Qui fuit de nos bras.