Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 3.djvu/85

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


IX


LE TOMBEAU D’UNE MÈRE




 
Un jour, les yeux lassés de veilles et de larmes,
Comme un lutteur vaincu prêt à jeter ses armes,
Je disais à l’aurore : « En vain tu vas briller ;
La nature trahit nos yeux par ses merveilles ;
Et le ciel, coloré de ses teintes vermeilles,

Ne sourit que pour nous railler.