Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 3.djvu/97

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XI


LE GÉNIE DANS L’OBSCURITÉ




À M. REBOUL
À NÎMES

 
Le souffle inspirateur qui fait de l’âme humaine

Un instrument mélodieux,

Dédaigne des palais la pompe souveraine :
Que sont la pourpre et l’or à qui descend à peine

Des palais rayonnants des cieux ?


Il s’abat au hasard sur l’arbre solitaire,

Sur la cabane des pasteurs,

Sous le chaume indigent des pauvres de la terre,
Et couve en souriant un glorieux mystère

Dans un berceau mouillé de pleurs.