Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 8.djvu/267

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

Les habitants étaient dans l’agitation la plus extrême. Les uns couraient sur les hauteurs, d’où ils n’apercevaient que des nuages de poussière ; les autres préparaient leurs mulets pour fuir vers la côte : mais bientôt, la défaite des Wahabis se confirmant, les démonstrations de la joie la plus extravagante succédèrent à cette grande terreur. Un Tartare fut expédié à Damas, et revint accompagné de quarante charges de blé, vingt-cinq mille piastres, un sabre et une pelisse d’honneur pour le drayhy, qui fit son entrée triomphale à Hama, escorté de tous les chefs des tribus alliées. Il fut reçu par le gouverneur, les agas, le pacha et toute sa cour, d’une manière splendide.

Après quatre jours de réjouissances, nous quittâmes Hama pour rejoindre nos tribus, et les conduire au levant à l’approche de l’hiver. Le drayhy partit avec douze d’entre elles : les autres, réunies en groupes de cinq ou six, se dispersèrent dans le désert de Damas. — Notre premier séjour fut à Tall-el-Déhab, dans le territoire d’Alep, où nous trouvâmes quatre tribus qui n’avaient pas pris part à la guerre. Les chefs vinrent au-devant du drayhy, pénétrés de respect pour ses récents exploits, et sollicitant la faveur d’être admis à signer notre traité d’alliance[1]. De là nous marchâmes sans nous arrêter pour rejoindre notre ami l’émir Faher, qui nous reçut avec les plus vives démonstrations de joie. Nous traversâmes l’Euphrate avec lui et plusieurs autres tribus qui entraient comme nous en Mésopo-

  1. Fares-Ebn-Aggib, chef de la tribu El-Bechakez, 500 tentes ; Casan-Ebn-Unkban, chef de la tribu El-Chiamssi, 1,000 tentes ; Sélamé-Ebn-Nahssan, chef de la tribu El-Fuaher, 600 tentes ; Mehanna-el-Saneh, chef de la tribu El-Salba, 800 tentes.