Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 8.djvu/438

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



LE DÉSERT
OU
L’IMMATÉRIALITÉ DE DIEU


MÉDITATION POÉTIQUE




I


 
Il est nuit… Qui respire ?… Ah ! c’est la longue haleine,
La respiration nocturne de la plaine !
Elle semble, ô désert ! craindre de t’éveiller.

Accoudé sur ce sable, immuable oreiller,
J’écoute, en retenant l’haleine intérieure,
La brise du dehors, qui passe, chante et pleure ;