Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 8.djvu/99

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Dans la prairie, sous l’aubépine, ruisselle une source ;
Là vient une jeune fille pour puiser de l’eau ;
Elle porte cette eau sous les blanches murailles de Belgrade.
Une chaîne d’or en main, vers elle s’avance Mirko :
« Prends, ô jeune fille, prends ce collier, et deviens mienne ! »
La jeune fille prend la chaîne, la lui jette au nez :
« Je ne veux ni de toi ni de ton collier ; va, éloigne-toi. »

Dans la prairie, sous l’aubépine, ruisselle une source ;
Là se rend chaque jour une fillette pour puiser de l’eau ;
Elle porte cette eau sous les blanches murailles de Belgrade.
Un anneau d’or en main, vers elle s’avance Mirko :
« Prends, ô jeune fille, prends cet anneau d’or, et deviens mienne ! »
Alors la fillette prit la bague, la mit à son doigt :
« Je veux de toi ; rassemble tes amis ; je suis maintenant à toi. »