Page:Lambert - Journal d'un bibliophile, 1927.djvu/143

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
JOURNAL D’UN BIBLIOPHILE


CONCLUSION


Je ne m’attarderai point à vous entretenir sur le plus ou moins de mérite de nos auteurs : poètes, romanciers ou historiens. Je n’ai point les qualifications voulues pour apprécier équitablement le travail ingrat auquel se sont livrés ces écrivains courageux dont le but principal était de soustraire à l’oubli les hauts faits de notre histoire.

Je n’ai point non plus la prétention d’être le pionnier des collectionneurs, car l’art de collectionner, je crois bien, dut être pratiqué dès l’existence des premiers habitants sur la terre.

Noé, en effet, ne fut-il pas collectionneur pendant les années qu’il consacra à la construction de l’arche et à son peuplement de toutes les espèces d’animaux existantes ? Il dut éprouver des joies indicibles à rassembler ainsi les innombrables spécimens


139