Page:Lambert - Journal d'un bibliophile, 1927.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
JOURNAL D’UN BIBLIOPHILE

La couronne académique ne lui valait certes pas l’affection et le cœur de ses compatriotes bien pensants.

Je n’écris pas ceci pour le simple plaisir de dénigrer, et le fait suivant me mettra à l’abri de tout soupçon à cet égard :

Le journal « Le Monde », publié à Montréal, donnait pour feuilleton, dans le temps : « Les Trois Mousquetaires », d’Alexandre Dumas.

Les autorités intimèrent aux propriétaires du journal de discontinuer la publication de ce roman immoral.

Le lendemain, « Le Monde » nous arrivait avec seize pages remplies du feuilleton en question. Le roman se trouvait au complet et rien d’autre chose n’y était publié. Sur la première page du journal étaient écrits ces mots, en gros caractères : « Il est défendu de lire ceci. »

En constatant la vilenie, les figures de mes deux contradicteurs s’épanouirent et l’un d’eux, brandissant le journal, m’interpella ainsi :

— Viens lire quelque chose qui va t’intéresser : Beaugrand et Fréchette ne peuvent surpasser cela.

Sans aucun doute, Beaugrand et Fréchette ne pouvaient surpasser cette perfidie, mais ils en avaient fait assez pour amener ces jeunes gens et beaucoup


15