Page:Lambert - Journal d'un bibliophile, 1927.djvu/26

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
JOURNAL D’UN BIBLIOPHILE

chaud sans cela. Oui, délivrez-moi au plus vite de cet embarras.

Je ne lui laissai pas le temps de répéter cette offre et je lui présentai deux dollars qu’elle finit par accepter, vu mon insistance.

Je chargeai la boîte dans ma voiture et, midi arrivé, je fouillai à corps perdu dans cette boîte pour me rendre compte de la valeur du trésor acquis.

Il y avait là cent soixante-huit volumes de « Canadiana », dont un grand nombre étaient bien propres et les autres, avec un peu de travail, pouvant devenir passables.