Page:Lambert li Tors - Li romans d’Alixandre, 1846.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
6
ENFANCE D’ALIXANDRE.

   L’enfance d’Alixandre fut mult gentius et bele :
bel semblant fet et rit à celui ki l’apele.
onques ne l’ pot servir vilaine ne ancele,
ains le convint tous dis norir une puciele,
et d’une france dame alaitier la mamele ;
de si en Ocident en ala la nouvele.
quant li rois Alixandres fu nés en icel jour,
avoec lui furent né xxx. fil de contor,
ki tout furent vasal et bon conqerreor ;
de la tiere de Grese estoient li plusiour,
et li autre restoient jentil Macedonour.
cil soufrirent o lui mainte ruste dolour
en la tiere escaudée, ù n’ot onques froidor,
tous jocs vescuirent d’armes, n’orent onques labor.
par ceus et par les autres conquist-il grant ounor,
quar partout Orient le tinrent à signor.
   En l’aé de x ans, ce conte l’escriture,
se dormoit Alixandres en i. lit à painture,
d’un cier pale or frésé estoit la couvreture,
de martrines estoit dedans la foureure.
icele nuit sonja une avison oscure,
que il manjoit un oef, de coi autres n’ot cure ;
o ses mains le roloit parmi[1] la tiere dure,
si que li oef brisoit contre la paveure ;
uns serpens en iscoit, d’orgillouse nature,
ains nus hom n’en vit un i. de si laide figure ;
son lit avironnoit iii. foies a droiture
et puis se repairait[2] droit à sa sepouture ;
a l’entrer cai mors, ce fu bele aventure.
   Quant li cambrelens vit,[3] Alixandre s’esvelle,
effraès de sen sonje estoit-il à mervelle.
ses garnimens saisi, ricement s’aparelle,
et quant fu acesmés, à Phelippe conseille.
quant li rois l’ot oï, durement s’esmervelle.
là ù sot sage clerc, dusqu’en la mer vermelle,
pur espondre le songe ses mesages travelle.
   Phelippes a mandé le sage gent lontaine,

  1. contre.
  2. puis repairait arrière.
  3. vint.