Page:Lamontagne-Beauregard - La moisson nouvelle, 1926.djvu/117

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
115
LA MOISSON NOUVELLE


LA RELIGIEUSE




Que vos jours radieux sont dignes de louange !
Que vos pas sont légers, que vos gestes sont doux !
Vous passez : on dirait qu’il vient du ciel un ange,
Qui, pour semer la paix habite parmi nous…

Gloire à vous, noble femme, esprit pur, âme austère,
Si grande et si sublime en sa simplicité !…
Vous ne soumettez pas vos désirs à la terre,
Vous passez près de nous comme un souffle d’été !…