Page:Lamontagne-Beauregard - La moisson nouvelle, 1926.djvu/122

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
120
LA MOISSON NOUVELLE


Votre tâche sublime est faite.
La race acclame vos efforts.
Et vous subissez la défaite.
L’unique défaite des forts…

A l’heure où doit s’ouvrir la rose
Hélas ! vous songez à mourir.
Ne sachant plus faire autre chose
Que regretter et que souffrir…

Vous suivez des yeux, dans l’allée,
Les enfants qui, cheveux au vent,
Jouent et tournent, fraîche envolée,
Comme des pétales vivants…