Page:Lamontagne-Beauregard - La moisson nouvelle, 1926.djvu/161

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
159
LA MOISSON NOUVELLE

LA MAISON SOLITAIRE

« Aujourd’hui, j’ai rêvé d’une petite

maison, gaie et chaude, où je serais seul
avec mes livres, une maison dans un
paysage agréablement accidenté, à l’ombre
d’un bois, près d’un cours d’eau

chantant… »
Henri d’Arles


I


Je sais un coin perdu, loin de la grande ville,
Encerclé de coteaux et de buissons épais,
Un lieu calme et secret qui semble un vaste asile
Pour les cœurs affamés de silence et de paix.

De blancs chemins fermés par de vertes barrières,
Des vallons regorgeant de blés drus et mûris.
Des forêts, des ravins, de profondes clairières,
D’où sort l’odeur des pins et des pommiers fleuris.