Page:Landon - A Lhassa, la ville interdite.djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE I
L’HISTOIRE ANTÉRIEURE

UNE PIERRE, LE DO-RING, EST LE PLUS ANCIEN DES MONUMENTS HISTORIQUES DU TIBET. || PREMIERS ROIS, PREMIÈRES INCARNATIONS. || PROGRÈS DU LAMAÏSME. || LES PREMIERS VISITEURS DU PAYS : JÉSUITES ET CAPUCINS. || VOYAGEURS ANGLAIS ET HOLLANDAIS : LE MÉRITE DE BOGLE ET LES FACÉTIES DE MANNING. || LE PÈRE HUC. || SÉRIE DE VOYAGES, SÉRIE D’ÉCHECS. || LES PLUS RÉCENTES TENTATIVES : DUPLICITÉS CHINOISE ET TIBÉTAINE.

Comme beaucoup d’autres peuples, peut-être même comme la plupart, les Tibétains ont pour plus ancien monument historique une pierre en plein vent, le Do-ring, située au centre de Lhassa, au milieu du parvis qui fait face aux portes occidentales de la cathédrale ou Jo-kang, sous un saule célèbre ; comme la Pierre d’Asoka ou la Pierre noire de Moukden, elle sert à la fois à rappeler le souvenir d’un traité et à marquer le symbole matériel de la fortune du Tibet ; en outre, comme l’Omphalos de Delphes ou la Pierre de Londres, elle représente pour les Tibétains le centre de leur étrange pays en forme