Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/151

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
157
SOUVENIRS POLITIQUES

ponses péremptoires aux principales objections alléguées par ceux qui n’ont aucune foi dans le projet, et leur admission par presque tous les témoins entendus complète la preuve que la navigation d’hiver est possible. Les dépositions des témoins les plus importants qui ont été entendus comme sus-dit sont si positives et si concluantes que votre comité ne peut faire autrement que de recommander instamment le mode projeté de navigation à la plus sérieuse attention du gouvernement. Quant aux avantages commerciaux qui devront nécessairement décider du succès de l’entreprise, il est presqu’impossible de les mettre en doute. Il est vrai que dans l’état de choses actuel, quand le mode de navigation en question a été considéré jusqu’ici, comme très dangereux, sinon entièrement impossible, on ne peut guère s’attendre à ce que les propriétaires des navires risquent leurs propriétés, ni à ce que les compagnies d’assurances assurent les navires et effets passant par le fleuve, en hiver. Mais, dès que la possibilité de la navigation en question sera parfaitement démontrée, votre comité ne voit pas pourquoi cette navigation ne serait pas suivie d’aussi bons résultats que dans la saison d’été. Il ne peut y avoir deux opinions sur ce point, en conséquence, votre comité a donné toute son attention au côté physique c’est-à-dire à la possibilité pratique d’ouvrir le