Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/109

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

et ja avoit la messe ouye, comme bon chrestien, et plus n’atendoit sy non le pere saint pour sa benediction recepvoir, car moult la desiroit, après ce qu’il avoit sa conscience esclarcie et netoyé. Le pere saint arriva la ou il n’atendoit plus que son cheval et lui dist, en la presence de maint cardinal et de maint grant clerc, que tous lermoient de pitié pour luy, car plus grant, plus grox et plus fourni materielement que lui estoit le roy Corbault. Et lors se mist Guillaume devant le pere saint a genouls, atendant sa benediction, laquelle il lui donna disant : « A celluy Dieu soies tu commandé, beaux fielx, » fet il, « qui du hault estaige cellestiel vint ça a bas pour l’umaine lignee racheter, lequel te doint force, vertu, pouoir et grace du Sarrasin mater et desconfire, et tel pardon comme il fist a Marie la pecharresse te soit de par moy donné et octroié. » Puis se seigna, et Guillaume se leva lors et, son heaulme lassé, son escu enchantelé et atachié a sa poitrine, sailli ou bauchant ainsi legierement comme ung aultre eust sailli sans harnois nul ; puis demenda sa lance et on lui bailla, puis fut la porte ouverte, dont il issy legierement, et vint en champ devant Corbault, qui bien le vist issir et chevaulchier droit la lance, comme pour le courir seure. Et quant il fut ausques près il le regarda sans mot sonner, et quant ilz eurent l’un l’autre assés regardé, Guillaume baissa sa lance lors et vint poignant contre le Sarrasin, qui deffendre se pouoit, se bon luy sembloit ; et tellement l’assena en son escu que ploier lui fist l’eschine, ou il vousist ou nom, mais a itant ne se tint mye, car il poigni oultre avant et a force de cheval, qui puissamment couroit, et rencontra au corps sy aïrement que par terre le porta, mal gré eust il, et en passant par emprès cria « Nerbonne » si haultement que bien l’entendi le roy Corbault.

Dieux ! comme fut dollant Corbault quant ainssy se senti abatu et il eust celluy ouy qui cria « Nerbonne » ainssy haultement ! Il se leva lors legierement et puis dist a Guillaume : « Dy moy, vassal, » fet il, « par la foy que tu dois