Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/141

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

d’Orliens ; C : Hernalz cil d’Orliens, D : Hernais d’Orliens.

V. 113-114) A, C :Sempres fust rois quant Guillelmes i vient,
D’une forest repaire de chacier.
D :Il fust jai rois cant G. i vient.
Li gentis cuens repaire de chacier.
B :Sempres fust rois li culverz losengiers,
Ne fust Guillelmes li marchis au vis fier.
Par les degrez est entrez el mostier,
A la cort vient o lui maint chevalier.

Les hémistiches quant G. i vient et repaire de chacier sont communs à A, C et D ; B les a corrigés à cause de la nasale du mot vient, qui le choquait dans une assonance en , comme dans l’exemple précédent (v. 99), il a remplacé d’Orliens par li fiers. Ici donc D est encore avec A et C contre B, qui a la mauvaise leçon.


V. 126) A, C :Quant li remembre del glorios del ciel.
D :Cant li menbra do gloriox do ciel.
B :Quant se ramembre de Dieu le droiturier.
V. 191) A, C :Ou mielz se fie la le fai assegier.
D :La ou miolx se fie la lou fai assigier.
B :Ton anemi fai tantost assegier
V. 202) C et D :ira por cortoier, A : ira plus cortoier, B : ira por tornoier.
V. 214) A, C :Et dist li enfes : Voir dites, par mon chief,
D :Et dist Loys : Voir dites, par mon chief.
B :Voir, dist li enfes, refuser ne le quier.

Il serait superflu de prolonger cette énumération, les exemples qui précèdent suffisent à prouver que D est distinct de B aussi bien que de A.