Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/172

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

seulement il est en hiatus (vers 263, 937, 1228, 1259, 1990). Dans le Saint Alexis, ce pronom n’est pas encore élidé ; dans le Roland, les cas d’élision sont déjà fréquents [1], dans le Comput, l’élision n’a pas lieu [2] ; dans le Voyage de Charlemagne, M. Koschwitz [3] pense que ge n’est jamais élidé, mais tous les exemples qu’il cite ne sont pas également sûrs.

Ce pron. démonstratif, devant le verbe être (seul cas où il se trouve devant une voyelle dans le Coronement Looïs), est en hiatus une seule fois (v. 574), ailleurs il est élidé (vers 486, 783, 861, 1022, 1087, 1410, 1547, 2379). Les cas d’élision existent déjà dans Saint Alexis [4], dans Roland [5], dans le Voyage de Charlemagne [6].

Qui pron. relatif est soumis à l’élision 1 fois (vers 2533). Partout ailleurs il est en hiatus. Au vers 477 il est difficile de savoir si le mot élidé est qui ou que.

Que pron. relatif est élidé 7 fois (vers 580, 1145, 1193, 1627, 1798, 1934, 2043) et en hiatus 3 fois (vers 464 et 577, 2676).

Que pron. interrogatif se trouve deux fois devant une voyelle ; dans les deux cas il est élidé (v. 630 [7], 1195).

  1. G. Paris, Ibid., p. 38 ; Lœschhorn, Ibid., p. 8 ; Hill, Ueber das Metrum in der Ch. de Rol. (Diss. Strasbourg, 1874.), p. 18.
  2. Mall, Ibid., p. 33.
  3. Ibid., p. 32.
  4. G. Paris, Ibid., p.33.
  5. Lœschhorn, Ibid., p. 12. — Hill, Ibid., p. 16.
  6. Koschwitz, Ibid., p. 35.
  7. Qu’atendereie plus ; on pourrait lire aussi : Que atendreie plus. Mais les manuscrits sont d’accord pour donner la leçon.