Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/325

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Puis que l’omme est coronés au mostier,
Doit il puis faire traïson por loier ?
1500— Nenil, biau sire, » respondent li guerrier.
— « Et s’il le fait, quels en est li loiers ?
— Pendus doit estre comme leres fosiers. »
Et dist li quens : « Et jou miels ne vous quier.
Par saint Denis, bien m’avrés consillié ;
Més l’ordre Dieu ne voel mie abaissier,
Et neporquant le comparront il chier. »

En piés s’estut li quens au fier corage.(xlii)
Le jugement a oï del barnage :
El cancel entre, que de rien ne se targe ;
1510Illuec trouva les vesques et les abes
Qui otroierent le duel et le damage
Del fil Ric. de Ruem a la barbe.
A els s’en va Guill. Fierebrache,
Toutes les croces fors des puins lor esrace ;
A Loey son droit seignor les baille.
Voi le li enfes, liés fu en son corage.
Li quens Guill. par mi les flans l’enbrache,
Tout en plorant li baisa le visage.
Li quens s’en torne, voiant tot le barnage.
1520(Tot en plorant li baisa le visage.)
Il fera ja as clers molt grant hontage :
Drois est qu’il ait cil qui le mal porcace
Ordenés sont, si nes vielt toucier d’armes,
Més as bastons les fait deronpre et batre.
N’i a celui tant soit de haut parage,
Ou arcevesques ou vesques ou dans abes,
Ne soit sanglens el col ou el visage.
Fors del mostier les trebucent et cachent ;
Saint Piere jure, que on requiert en l’arce,
1530S’il nel laissoit por Dieu l’esperitable,
Ja les corones ne lor feroient carge.

Li quens Guill. fu molt chevalerous(xliii)
Et preus et sages et plains de grant honor :
A Loey son seignor vint le jour,
Il l’en apele, dit li a par amors :