Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/328

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Tot autre teil vous redi de par nos. »

Li Normans fu et orguellous et fiers ;(xliv)
Bien le regarde et al chief et as piés,
Et bien conut que il ert escuiers :
« Di va, vallet, tu m’as molt manechié ;
Ne fust por chou que tu es messagiers,
Jou te feïsse toz les menbre trenchier.
De cel tien oncle ne donroie .i. denier.
1620Quant par amors ne m’i puis apoier,
S’il vielt bataille, je sui aparelliés.
Encor ai jou tex .xxx. chevaliers
N’i a celi ne tiegne de moi fief,
Que dus, que contes .xxv., par mon chief,
Qui trestot m’ont juré et fianchiét
Ne me fauront por les menbres trenchier. »
Et dist Aliaumes : « Chou m’estuet renonchier. »
A perron est au mulet repairiés,
Isnelement i monta par l’estrier.
1630Li Normans fait sa gent aparellier,
Et li messages s’en reva eslaissiés.
Encontre va Guill. li guerriers :
« Biax nies Aliaumes, com avés esploitié ?
— En non Dieu, sire, n’i a point d’amistié.
Assés vous offre et argent et or mier,
Et se li dis ja nel rouvriés baillier,
Et se li dis nonbre des chevaliers,
Lues maintenant i fustes manechiés.
Ne Loey a son seignor ne tient,
1640Ne le coronne ne velt il pas laissier.
Par vive force le vaura avanchier,
Car li baron li ont tot otroiét. »
Ot le Guill., le sens quide cangier ;
Par mautalent monta sor son destrier,
A vois escrie : « Que faites, chevalier ?
Vous devés bien vo droit seignor aidier. »
Il fait soner .i. graille menuier.
Qui dont veïst la gent Guill. aidier !
As osteus prendre fu mains nus brans saciés :
1650Qui se deffent tost est a mort jugiés ;