Page:Langlois - Le couronnement de Louis.djvu/355

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Poisson en l’aigue, qui puis n’en fu sachiés.
Li quens Guill. ne s’est mie atargiés :
Isnelement est venus au destrier.
Andoi estoient par desoz l’olivier.
Sor Arondel est montés tot premiers,
Qui miex valoit que nus cevals soz ciel ;
2650Pri[n]saut en maine, qu’il ne le valt laissier.
Desi a lost ne fina de brochier.
Encontre vienent li baron chevalier,
Encontre va Loeys li guerriers.
Teil l’a joï qui ne l’a gaires chier.
Et Guielins et Bertrans li legiers :
« Comment vous est, » font il, « biax oncles chiers ?
— Cousin, » dist il, « tous sui sains et haitiés.
Més d’orbes cols ai si mon cors cargié.
Tot mon gaaing vous donrai volentiers,
2660Cest bon ceval, qui molt fait a proisier.
Il est molt bons por .i. prodomme aidier :
Fors Arondel, il n’a mellor soz ciel. »
Et dist Bertrans : « Grans mercis en aiés ;
Por vostre amor le tenra on molt chier. »
Li quens Guill. a fait par l’ost huchier
Que trestot s’arment, serjant et chevalier ;
S’iront a Romme assalir et lanchier :
« S’on ne nous ouevre les portes sans dangier,
Toz les ostages que on me livra ier
2670Ferai ancui et pendre et essillier. »
Li baron s’arment, qui ne l’osent laissier,
De si a Romme ne se valrent targier.
Cil dedens Romme se sont aparellié,
D’eus a deffendre ne sont preu consillié :
Les portes oevrent, s’ont le pont abaissié.
Encontre vait tous li sages clergiés ;
Tot revestu issirent del mostier.
Conte Guill. vont tot caoir as piés,
Et Loey, le bon roi droiturier.
2680Au jentil conte en prist si grant pitiés
Que le chité ne laissa essillier.
Son seignor fait erraument, sans targier,
En la caiere assir ens el mostier ;