Page:Lao-tseu traduit par Jules Besse.djvu/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


leur existence relative. Voilà pourquoi s’ensuivent l’un de l’autre ce qui est de première importance et ce qui pour l’importance ne semble venir qu’après.

Voilà pourquoi les saints s’en tiennent pour toute occupation au Non-agir. Voilà pourquoi les saints font consister toutes leurs instructions dans le silence. À l’heure où tous les hommes se lèvent, c’est l’heure du Non-agir qui commence pour les saints. Ils vivent et n’ont pas l’air de se douter qu’ils vivent. Ils ont une occupation et ne croient pas au mérite de ce qu’ils font. Ils sont bons à tout sans être autrement fixés sur quoi que ce soit. Ils ne sont que cela : des hommes nullement fixés sur quoi que ce soit.

Voilà pourquoi les saints ne quittent pour ainsi dire pas leur endroit[1].

  1. Peut-être une raillerie. Confucius, zélé propagateur de la philosophie, voyageait beaucoup.