Page:Lao-tseu traduit par Jules Besse.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



XXIX



L’homme qui serait sur le point d’obtenir l’empire et ne s’en livrerait pas moins à des agissements tendancieux, je ne le vois pas bien obtenant l’empire.

L’empire a des rouages merveilleux et divins qu’on ne voit pas agir. L’homme qui a recours à des agissements gâte ses affaires. L’homme qui s’empare de l’empire le perd.

Voilà pourquoi toute l’action qu’un prétendant puisse se permettre c’est ou de se promener ou de suivre ses partisans ou d’émettre un souffle chaud ou d’émettre un souffle froid ou de bander un arc