Page:Lara - Contribution de la Guadeloupe à la pensée française, 1936.djvu/306

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


MERMEIX (GABRIEL TERRAIL)




Né à Basse-Terre,
le 27 juillet 1859.
Décédé à Neully (Seine),
le 19 octobre 1930.




À peine ses études achevées, il débuta dans le journalisme sous les auspices de J. Cornély. Il collabora successivement au
Gaulois, au Clairon, puis à la France dont Émile de Girardin était le rédacteur en chef. « On dit même, a écrit le Voleur Illustré, du 18 septembre 1890, que c’est en souvenir de ce maître ès journalisme que M. Mermeix a pris l’habitude de porter le monocle et de conserver le visage glabre. »

Au cours d’une enquête ouverte par la Presse Associée, il y a plus de vingt ans, parmi les journalistes notoires, Mermeix a déclaré qu’il avait écrit son premier article en 1877, quelques jours après être sorti du lycée, dans un petit journal de la Roche-sur-Yon, le Publicateur de la Vendée, sur l’alliance russe. « Je ne me flatte pas, déclarait-il, qu’il ait donné à réfléchir au tzar. Mais peut-être en 1877 (j’avais 18 ans !), ai-je eu cette orgueilleuse illusion ».

Vint le boulangisme, Mermeix entra à la Cocarde comme principal rédacteur, et, en septembre 1889, ayant été un des premiers lieutenants du général Boulanger, il fut élu député dans le VIIe arrondissement de Paris. « Il fut des très rares élus du boulangisme et siégea à la Chambre quatre ans, d’ailleurs sans bruit. » (Dangeau, la Petite Gironde, du 21 octobre 1930.)

Le général Boulanger s’était retiré à Jersey, quand, écrit Alexandre Zévaès, dans son Histoire de la Troisième République, « le Figaro entreprend la publication d’une série d’articles qui portent pour titre : les Coulisses du Boulangisme. Le premier paraît le 20 août 1890. Il est signé d’un X… énigmatique ; mais, au bout de quatre ou cinq jours, la majuscule est percée à jour et l’on apprend le nom de l’auteur : Mermeix, député boulan-