Page:Larive - Dictionnaire français illustré - 1889 - Tome 1, part. 3, franch-hyst.djvu/1

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


754 FRANCHEMENT — FRANÇOIS-JOSEPH Ier

FRANCHEMENT (franche + sfi. ment), adv. Avec IranchiRe, sans déguisement : J’arler franchement. || Résolument : // se prtripila franchement en avant. FUANCIIUVII-LE (Pikrredk) (LliS-lGlS), sculpteur Irancais qui résida longtemps en Italie. On voit de lui, au jardin des Tuileries, le Temps enlevant la Vérité et, au Louvre, David vainqueur de Goliath. FIIANCHIK yfranc), vl. Traverser résolument des endroits difficiles : parcourir de grands es[iSices : Franchir les Alpes, les mers. Il l’asser par-dessus en sautant : Franchir un fossé. — Fip. Dépasser : Franchir les Imrnes du devoir. || Surmonter : Franchir une difficulté. — Se franchir, vr. Être franchi : Ce fossé est trop tarife ; il ne peut se franchir. — Dér. Franchissable, franchis. tement . IKANCHISE(f ?-anc 3), «/".Liberté, exemption, immunité : Les franchises d’une ville, jl Lettre adressée en franchise, sans qu’on ait a on payer le port. || Droit d’asile : L’enceinte du Temple, à Paris, était autrefois un lieu de franchise pour les débiteurs. Sincérité : Parler avec franchise. — Sous les deux premières races, on donna en France le nom de franchise à tout domaine rural possédé par un Franc. 11 était synonyme de Alleu. Ce mot désigna aussi certains territoires gratifiés de privilèges particuliers, notamment autour (les villes. Enfin, il signifia les libertés et prérogatives dont jouissaient certaines corporations, certaines villes, à l’exclusion du reste de la nation ; la noblesse, par exemple, n’était pas soumise à l’impôt. L’Assemblée constituante, dans la nuit du 4 août 1789, abolit toutes les franchises, dont le nombre était encore très considérable.

  • FRANCHISSABLE (franchir), adj.Sg.

Qui peut être franchi : Fleuve franchissable à gué. ’* FRANCHISSEMENT (franchir), sm. Action de franchir : Le franchissement des Alpes par Annibal. FHANCHOMME (Auguste) (1809-1883), violoncelliste -compositeur, professeur au Conservatoire, ef. l’un des premiers virtuoses de notre temps. FRANCIA ^R.unOLmi, dit i.e) (1460-1533), orfèvre, graveur et peintre italien, ami de Raphaël et imitateur du Porugin. Il a peint des madones d’une beauté suave. Ses œuvres les pins remarquables sont : un Saint Sébastien et un Jésus descendu de la croix, déposé sur les genoux de sa mère. FRANCIADE, nom qui fut donné à la ville de Saint-Denis (Seine), en 1793. — Titre d’un poème épique ae Ronsard. FRANCISATION (franciser) , sf . Acte qui constate qu’un navire est français : L’acte de francisation n’est pas exigé pour les navires frétés par l’État. Action de franciser : La francisation d’un mot étranger. FRANCISCAIN, sm. Religieux de l’ordre de Saint-François d’Assise, fondé en 1208 : Un couvent de’franciscains. — Adj. Les moines franciscains. FRANCISCO rsAN-), 233959 hab., ville des États-Unis d’Amérique, capit. de l’État de Californie, à l’embouciiure du Sacramento et du Joaquim dans l’océan Pacifique , à l’extrémité d’un promontoire qui ferme la vaste baie du même nom. Mouvement commercial immense. 11 y a une trentaine d’années, cette ville, dotée aujourd’hui de tous les établissements que réclame la civilisation moderne, n’était qu’un modeste port de refuge pour les pécheurs au long cours. La découverte de l’or dans la région avoisinante a opéré cette étonnante transformation et fait de la YerbaBuena des Mexicains l’importante cité que l’on voit aujourd’hui. FRANCISCO (RIO SAN-), 1500 kilom., fleuve du Brésil. 11 prend sa source au S. de la province de Minas-Geraes et se jette dans l’océan Atlantique. FRANCISER (français), vt. Donner une terminaison française à un mot étranger : Sous les derniers Valois, on francisa un certain nombre de mots italiens. Donner les manières françaises. — Se franciser, vr. Devenir Français" ; adopter les usages, les moeurs des Français : Les Ruitses se francisent vite. — Dér. Prancisation. FRANCISQUE FRANCISQUE (1. franciica), .if Hache à deux tranchants de» Francs, dont le fer était épais et le manche en bois et très court : On lançait la francisque de loin contre l’ennemi. FRANCK (Adolphe), ne en 1809, philosophe français, professeur au Collège do France en 185(1, membre de l’Institut. Parmi ses ouvrages, le plus important a pour titie laKabbale ou Philosophie religieuse des Hébreux ; il a publié, en outre , un Dictionnaire des sciences philosophiques. FRANCKEN, famille de peintres flamands du xvi" siècle, dont le plus connu, JÉRÔME(1542-ie20}, devint premier peintre du roi de France Henri III. On cite de lui une Nativité et un Saint Gomer. FRANC-MAÇON [franc + maçon), sm. Celui qui fait partie de la franc-maçonnerie : Les francs-maçons font remonter leur origine à Hiram, roi de Tyr. — PI. des francs-maçons. — Dér. Franc-maçonnerie. FRANC-MAÇONNERIE (franc-maçon), sf. Association secrète, divisée en groupes nommés loges, dont les meml)res se secourent mutuellement et se reconnaissent entre eux à certains signes. Leurs symboles sont : le tablier de peau, la truelle, l’équerre, le compas. On croit qu’ils tirent leur origine d’une association de maçons qui construisirent les églises gothiques du moyen âge : La franc-maçonnerie se recrute par initiation. FRANCO (mot ital.), adv. Sans frais de transport : Adresser un colis franco. FRANCCEUR (Louis-Benjamin) (1773- 1849), mathématicien français, ami de Carnot. On a de lui : Traité de mécanique élémentaire et théorique. Cours complet de mathématiques pures. Traité de slatiqtte, Astronomie pratique. Technologie, etc. FRANÇOIS D’ASSISE’(saint) (1182-1226), né à Assise, en Ombrie. Il fonda en 1208 l’ordre des frères mineurs ou franciscains. Il a laissé des sermons, des cantiques, des lettres. Fête le 4 octobre. FRANÇOIS DE PAULE(saint)(1416-1507 né à Paule, en Calabre. Il a fondé l’ordre des Minimes, en 1436. Il mourut en France où il avait été appelé par Louis XI qui espérait obtenir de ses prières une prolongation de vie. Fête le 2 avril. FRANÇOIS DE SALES (saint) (15671622), né au château de Sales, près d’Annecy, cveque de Genève. Il est l’auteur de l’Introduction à la vie dévote et le fondateur de l’ordre de la Visitation. Fête le 29 janvier. FRANÇOIS XAVIER (saint) (1506-1556), surnommé V Apôtre des Indes, jésuite espagnol qui évangélisa les Indes, le Japon et mourut près de Canton. Fête le 2 décembre. FRANÇOIS I" (1494-1347), roi de France FRANÇOIS 1" en 1313, fils de Charles d’Angoulème et de Louise de Savoie, arrière-petit-fils de Charles’V. IlsuccédaàLouisXII dont il avait épousé la fille Claude, s’allia tour à tour à Léon X, à Henri VIII, roi d’Angleterre, et aux Turcs pour combattre la maison d’Autriche dans la personne de Charles-Quint. La conquête du Milanais en 1515 mar(jua le début de son règne : après la victoire de Marignan, où il se fit armer chevalier par Bayard, il conclut avec le pape la paix perpétuelle 1516), qui sembla, avec le traité de Noyon, lui assurer cette conquête. Mais l’élévation de son compétiteur Charles de Luxembourg au trône impérial d’Allemagne fit éclater la guerre entre le roi de France et l’héritier de la maison d’Autriche, Charles-Quint. Après les revers de Lautrec en Italie qui eurent pour conséquence l’évacuation de ce pays, François l" accourut au secours de Marseille assiégée par les Impériaux, la délivra (1324) et poursuivit la retraite de Charles-Quint jusqu’à Pavie où il lui livra bataille et fut fait prisonnier. Mis en liberté après avoir signé 1 onéreux traité de Madrid, qu’il n’exécuta pas, il dut soutenir une troisième, puis une quatrième guerre contre Charles-Quint qui cette fois échoua dans l’invasion de la Champagne ; cette dernière se termina par la paix glorieuse de Crespy (1544). La véritable gloire de François I"^’ est surtout dans la jjrotection qu’il’ accorda aux beaux-arts et aux sciences : il appela en France les artistes italiens (Léonard de Vinci, Benvenu lo Cellini, le Primatice, André del Sarto), protégea les lettres, fonda le Collège de Irance et l’Imprimerie royale, construisit le Louvre et les châteaux de F’ontainebleau et de Chambord. En outre, il a réformé la justice et l’administration par les ordonnances de Crémicu ;1536) et de Viller.s-Cottercts (1538), créé l’épargne ou trésor central, institué les douze premiers gouvernements de province et ordonné que, dans les églises, on tint registre des baptêmes, des mariages et des inhumations. FRANÇOIS II (1544-1560), roi de France en lo59, fils de Henri II et de Catherine de Médicis, époux de Marie Stuart, nièce des Guises. Le duc de Guise et le cardinal de Lorraine, oncles de sa femme, régnèrent sous son nom. C’est sous son règne qu’eut lieu la conjuration d’Amboise. FRANÇOIS II (1435-1468), duc de Bretagne en 1439. Il fit partie de la Ligue du Bien public contre Louis XI, entra dans la coalition contre Anne de Deaujeu. Vaincu à Saint-Aubin-du-Cormier, il mourut de chagrin et son duché fut réuni à la couronne p.ir le mariage de sa fille Anne avec Charles VIII. FRANÇOIS 1" (1708-1765), empereur d’Allemagne en 1743. Il épousa Mane-Thérèse, fille de Charles VI, auquel il succéda comme corégent en 1740. Sa fille Marie-Antoinette épousa Louis XVI, avant qu’il succédât à son grand-père. FRANÇOIS II (1768-1833), empereur d’Allemagne en 1792, fils et successeur de Léopold H. Il entra dans les diverses coalitions de l’Europe contre la France, fut obligé de renoncer à la dignité d’empereur d’Allemagne lors de la formation de la Confédération germanique et prit le titre d’empereur d’.4 .utriche. En 1810, il accorda en mariage sa fiUe Marie-Louise à Napoléon l". Les traités de 1815 lui donnèrent le royaume lombarde- vénitien. FRANÇOIS DE NEtIFCHÀTEAU (1750- 1828), poète et homme d’État français, membre du Directoire après le 18 fructidor. Ministre de l’intérieur de 1798 à 1799, c’est lui qui eut l’idée des expositions des produits de l’industrie et qui présida à la première ;on lui doit,en outre, la création du musée du Louvre. Il fut sénateur et comte sous Napoléon ", et entra à l’Académie française en 1816. FRANÇOISE DE RIAJINI, femme de Malatesta, seigneur de Kimini, tuée par son époux en 1289. Sa mort a fourni le sujet d’un épisode de VEnfer de Dante et d’une tragédie de Silvio Pellico. FRANÇOIS-JOSEPH I", né en 1830, empereur d’Autriche, roi d’Hongrie et de Bohême, neveu de l’empereur Ferdinand I" ^ ’ , auquel il succéda en 1848, dans les circonstances les plus difficiles. Après la victoire de la Prusse à Sadowa, l’empereur d’Autriche dut signer le traité de Prague, qui