Page:Larousse - Grand dictionnaire universel du XIXe siècle - Tome 17, part. 1, A.djvu/418

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ÀUTR

AUTR

AUTR

AUTR

4.12

KILOMETRES carrés.

POPULATION DU SEXE masculin. I féminin.

TOTAL.

HABITANTS

par kilom.carré.

PAÏS AUTRICHIENS,

Autriche (Basse)

Autriche (Haute)

Salzbourg

Styrie

Carinthie

Carniole

Trieste et territoire.... Goritz et Gradishka....

Istrie

Tyrol

Vorarlberg

Bohême

Moravie, ..

Silésie

Galicie

Bukovine

Dalmatie

Total

Total général de ia monarchie....

Climat et agriculture. Le climat de l’Autriche-Hongrie est, en générai, agréable et permet toutes les cultures des pays tempérés. Mais il varie beaucoup suivant les régions, vu l’étendue du pays et les grandes différences d’altitude du sol. Dans la partie méridionale, de 42" a 46° de l.->t. N., le mais et la vigne viennent partout ; le riz, les oliviers et les fruits du Midi n’arrivent à maturité que dans les régions les plus favorisées. La région moyenne ou tempérée, de 46° à 49° de lat. N., qui présente la plus grande étendue et la constitution du sol la plus variée, produit du vin, du maïs et des céréales en quantité. Dans la région septentrionale, au delà de 49°, le maïs et la vigne ne réussissent que dans quelques situations privilégiées ; les céréales, les fruits, la chanvre et le fin sont l’objet d’une culture considérable. La température moyenne de l’année est à Trieste de U°,69 R., à Vienne de 8°,08, à

Lembere de 5°,59. En général, le sol est d’une grande fertilité ; les deux tiers de la population s’occupent d’agriculture. La production des céréales dépasse de beaucoup les besoins du pays et l’exportation en est très considérable ; le fin et le chanvre récoltés ne suffisent pas à. la consommation du pays. La Bohême est renommée pour la culture du houblon ; la Hongrie produit chaque année 652.000 quintaux de tabac. La culture des arbres fruitiers est très lucrative ; celle de l’olivier est répandue en Dalmatie. La culture de la vigne, produisant annuellement 8.320.000 hectolitres de vin, est surtout florissante en Hongrie, en Dalmatie, dans la basse Autriche, en Styrie. Les forêts occupent près du tiers de la superficie totale. Si nous représentons par 100 la récolte annuelle moyenne, voici les chiffres qui expriment les quantités de céréales récoltées en 1881, 1888 et 1883.

QUANTITES DE CEREALES RECOLTEES.

ANNEES. FROMENT.

Autriche.

Hongrie.

I

18S1 1382 1883 1881 1882 1833

107 111,5

85

90 157 100

108 1Û3,5

89 100 108,5

86

100 106

96

84 120,5

92

106

105,5

104

85 116

79

L’Autriche-Hongrie exporte beaucoup de bétail ; l’élevage des moutons et des bêtes à cornes est surtout répandu dans les Alpes ; celui des chevaux, en Hongrie. Lors du recensement du 31 décembre 1880, il existait en Autriche 3.541.810 chevaux, 83.364 ânes et mulets, 13.893.455 bestiaux, 13.679.473 moutons, 13.339.809 chèvres et 6.881.668 porcs.

Mines. Voici les chiffres de la production minière pendant l’année 1883 :

Or 1 :645,09 kilogr.

Argent 49.334,76 Mercure 478.300 Cuivre 1.383.500 Etain 35.900 Zinc 4.744.200 Plomb 14.194.600 Ker brut 693.856.700 Charbon de terre... 19.269,822.100(Contre 15.780 millions

de kilogr. en 1873)

Sel geinmo et sel marin 405.360.800 Sel d’industrie 28.873.900 — Industrie. L’Autriche a, depuis 1880, perfectionné son outillage industriel et augmenté sa production. De nouveaux tissages et filatures de coton et de jute, une raffinerie de pétrole à Fiume, des fabriques de produits chimiques, plusieurs fabriques de sucre et raffineries ont été fondées. L industrie du fer possède aujourd’hui 279 hauts fourneaux et produit annuellement environ 500.000 tonnes de fonte dans quatre groupes principaux d’usines : celui de Styrie et de Carinthie ; celui de Bohême, Moravie et Silésie ; celui de la haute Hongrie et celui du Banat et de Transylvanie. Il y a en Autriche 18 aciéries Bessemer, 5 aciéries Martin-Siemens, 10 fabriques de rails, 5 fabriques de locomotives produisant chaque année environ 400 locomotives. L’industrie de la brasserie est surtout répandue à Vienne et en Bohême. Le nombre des brasseries est de 2.131 ; celui des distilleries, de 130.493, dont 33.189 en Autriche et 92.304 en Hongrie. La production de l’alcool s’élève annuellement à 140.000,000 d’hectol. En Bohême, en Moravie, en Hongrie, en Silésie et en Galicie se trouvent de nombreuses fabriques de

sucre de betterave ; 230 usines, dont 216 en Autriche et 14 en Hongrie, emploient, 65.000 ouvriers des deux sexes et transforment 45.000.000 de quintaux métriques de betteraves.

— Commerce. La monarchie austro-hongroise forme vis-à-vis de l’étranger un domaine commercial et douanier unique, auquel appartient aussi la principauté de Liechtenstein, mais dont sont exceptés la Dalmatie qui possède un régime douanier spécial, l’Istrie, les Iles du golfe de Quarnero, six ports francs. La ville galicienne de Brody et la commune de Jungholz en Tyrol appartiennent au domaine douanier de la Bavière.

Voici le tableau du mouvement général de l’importation et de l’exportation pendant la dernière période quinquennale, ainsi que la valeur des marchandises (en millions de florins) :

Parmi les marchandises d’importation, ce sont surtout les métaux (comprenant les métaux précieux) qui ont diminué.

Moyens de communication. En 1886 la marine marchande comprenait 9.368 bâtiments de 311.987 tonnes et 28.829 hommes d’équipage. La longueur des lignes de chemins de fer en exploitation au 1er janvier 1886 était de 13.318 kilom. en Autriche et de 9,027 kilom. en Hongrie. Les lignes télégraphiques du réseau autrichien atteignaient, en 1885, une longueur de de 38.740 kilom. ; celles du réseau hongrois 17.396 kilom. Les bureaux de poste étaient au nombre de 4.263 pour l’Autriche, en 1885, et de 3.613 pour lu Hongrie en 183).

Finances. Le budget de la monarchie 1 compose comme suit (en florins autrichiens austro-hongroise, pour l’année 1886, se dé- I de 2 fr. 50) :

Dans le budget de 1887, la Chambre des députés de Vienne a évalué les dépenses à 521 millions de florins et les recettes à 505 millions ; déficit 16 millions. La dette flottante commune était, au 1« janvier 1886, de 411.997.315 florins, la dette générale de 2.772.584.114, celle des pays représentés au Reichsrath de 551.223.654, et celle des pays de la couronne hongroise de 1.519.598.878 florins.

Instruction publique. L’Autriche compte 34.172 écoles primaires et bourgeoises, 144 écoles normales, 285 gymnases, 157 realschules et realgymnases, H universités, 7 écoles industrielles supérieures ; la Hongrie, 15.445 écoles primaires, 146 gymnases, 30 reaischules, 3 universités, l école industrielle supérieure, 23 académies de droit. 34 pour 100 des habitants de la Cisleithanie sont entièrement dépourvus d’instruction. Cette proportion varie beaucoup avec les provinces. Celles qui présentent le moins d’illettrés pour 100 habitants, sont : le Vorarlberg (5), la haute et la basse Autriche (11), la province de Salzbourg, le Tyrol et la Bohême (12), la Moravie (14), la Silésie (16), la Styrie (27) et Trieste (30). Le niveau de 1’instruciion s’abaisse sensiblement en Carinthie (37 pour 100 d’illettrés), h Goritz (49), en Istrie (53), en Galicie (78) et surtout en Bukovine et en Dalmatie. Le degré d’instruction varie aussi avec la nationalité ; les populations allemandes sont les plus instruites : la proportion des illettrés n’y est que de 20 pour 100, tandis que, dans les cantons Slovènes et italiens, elle varie de 30 a 50 pour 100. En Galicie, en Dalmatie et en Bukovine, les populations présentent, à ce point de vue, des résultats également très médiocres,

Année. L’organisation de l’armée autrichienne et le système de recrutement, réglés d’abord par la loi du 5 décembre 1868, ont été modifiés par la loi du 20 octobre 1882. De plus, en 1886, a été décidée la création du Landsturm. Le recrutement est territorial en Autriche comme en Allemagne. L’empire est divisé en 15 circonscriptions de corps d’armée, dont chacune comprend plusieurs districts de recrutement. Les règlements sur l’armée active sont les mêmes pour tout l’empire, sauf la Bosnie, l’Herzégovine, la Dalmatie et le Tyrol ; pour ces provinces existent des dispositions spéciales. Le contingent annuel est divisé en deux parties par le tirage au sort. La première partie, forte de 80.000 hommes environ, plus 1.500 hommes pour la marine, est seule incorporée ; la seconde, forte d’environ 9.500 hommes, constitue VErsatz-Réserve ou réserve de remplacement destinée à combler, en cas de guerre, les vides qui se produisent dans l’armée active. I.a seconde portion du contingen t reçoit l’instruction militaire pendant huit semaines. La première portion du contingent fait partie pendant trois ans de l’armée active, pendant sept ans de la réserve et pendant deux ans de ta landwehr ; la seconde portion reste dix ans dans la réserve de remplacement et deux ans dans la landwehr. Enfin les dispensés à divers titres, versés directement dans la landwehr, y restent douze ans et ne sont convoqués, en temps de paix, que pendant vingt-quatre semaines de manœuvres. Les hommes de la landwehr qui sortent de l’armée active sont convoqués pendant quatre semaines, dans les deux ans qui suivent leur passage dans la landwehr. Le commandement de l’armée est entre les mains de trois ministres : l’un, le ministre de la Guerre proprement dit, est chargé de l’organisation et de l’administration de l’armée permanente ; les deux autres, portant le titre de ministres de la Défense du pays, ne s’occupent que des affaires de recrutement et de la landwehr. Enfin il existe, depuis 1881, un chef d’état-major de l’armée sous les ordres directs de l’empereur, et un inspecteur général de l’armée. L’armée autrichienne se compose de 14 corps d’armée, plus un commandemeut militaire à Zara ; elle comprend pour l’infanterie : 102 régiments, 1 régiment de chasseurs tyroliens et 32 bataillons de chasseurs. Chaque régiment d’infanterie comprend 4 bataillons de campagne et l bataillon de dépôt ; le bataillon se compose de 4 compagnies. Le régiment de chasseurs tyroliens est divisé en 10 bataillons de campagne (chacun de 4 compagnies) et 2 bataillons de dépôt (avec 5 compagnies). Chacun des 32 bataillons de chasseurs comprend 4 compagnies actives et 1 compagnie de dépôt. La cavalerie comprend : 1 escadron de gardes du corps à cheval, 14 régiments de dragons, 16 de hussards et 11 de uhlans. Le régiment se compose de 6 escadrons, l convoi de pionniers et 1 cadre de dépôt. L’artillerie se compose de 14 régiments d’artillerie de corps (comprenant chacun l division de batteries légères et 1 division de batteries lourdes), 28 batteries d’artillerie de division indépendantes, enfin 12 bataillons d’artillerie de forteresse. En tout, l’artillerie a 200 batteries en temps de paix et 215 en temps de guerre. La landwehr ne lui apporte aucun appoint, car elle ne possède pas d’artillerie. Chaque batterie se compose en temps de paix de 4 pièces, en temps de guerre, de 8 (la batterie de montagne a toujours 4 pièces). Les batteries montées comprennent, sur le pied de paix comme sur le pied de guerre, 6 pièces. Le bataillon d’artillerie de forteresse est de 6 Compagnies ; à chaque neuvième bataillon sont attribuées en outre 3 batteries de montagne, dont le nombre est doublé en temps de guerre. Le génie se compose de 2 régiments, chacun de 5 bataillons de campagne (de 4 compagnies), 2 compagnies de réserve et 1 bataillon de dépôt de 5 compagnies. Le régiment de pionnier.1 ; comprend 5 bataillons de campagne, chacun de 4 compagnies actives, 1 compagnie de réserve, l compagnie de dépôt et la réserve du matériel. L’effectif se complète par 1 régiment de chemins de fer et de télégraphes de 8 compagnies (2 bataillons actifs et 1 de dépôt), le train des équipages composé de 3 régiments, le service de santé et l’administration. Outre l’armée active et la réserve de remplacement, les forces militaires de l’Autriche-Hongrie comprennent la réserve proprement dite, la landwehr et le landsturm. La landwehr doit soutenir, en cas de guerre, l’armés active. Il y a trois sortes de landwehr : la landwehr cisleithane ; la landwehr transleithftne ou hongroise (honved) et la landwehr du Tyrol et du Vorarlberg. Dans chacune des deux parties principales du pays i ! existe un commandement spécial de la landwehr. La landwehr des pays autrichiens proprement dits dépend de 8 commandements, situés k Vienne, Gratz, Prague, Josephstadt, Brûnn, Lemberg, Cracovie et Zara ; enfin du commandement supérieur de la défense nationale à Innsbruck. Dans les provinces hongroises se trouvent 7 commandements de landwehr à Budapest, Arad, Kaschau, Presbourg, Stuh !weissenburg, Klausenbourg et Agram. En temps de guerre, les troupes de 1 Autriche-Hongrie seraient partagées en 3 armées, 15 corps d’armée, 42 divisions d’infanterie et S divisions indépendantes.

Voici l’effectif de l’année active et de la landwehr, sur le pied de paix et sur le pied de guerre, y compris les services spéciaux.

Pied de paix. Pied de guerre. Hommes, Hommes Armée active 273.718

Landwehr des pays cisleithans et du Tyrol. 4.096 Landwehr hongroise.. 8.693

811.940

134.902 121.786

Effectif total.

286.507 1.068.628

L’effectif du landsturm, organisé en 1386. est d’environ 400.000 hommes. A rencontre des autres États où existe un landsturm, cecorps n’est pas territorial en Autriche ; il peut être employé, en cas de guerre, au service actif en dehors des frontières.

Les écoles militaires destinées à former des officiers ou à compléter leur instruction sont : l’école de guerre pour l’état-major ; lo cours supérieur pour l’artillerie et le génie . les cours d’intendance et de médecine militaire à Vienne ; l’académie militaire de Vienne-Neustadt, l’académie technique devienne, pour l’artillerie et le génie ; l’académie de marine à Piume ; 16 école» de cadets, 5 écoles reaies militaires, 1 école reale pour la marine, 7 cours pourles aspirants officiers et les officiers de la landwehr autrichienne ; enfin la Ludovica-Acadéraie, le cours des officiers d’administration et l’école centrale de cavalerie à Jasz-Berény, pour la landwehr hongroise.

Marine. Les hommes de la marine autrichienne font trois ans de service actif et restent sept ans dans la réserve. L’effectif du corps de matelots était, en 1886, de 7.300 hommes environ en temps de paix et de 11.500 sur le pied de guerre. Le personnel supérieur de la marine est composé comme suit :

Paix. Guerre.

Vice-amiraux

Contre-amiraux

Capitaines de vaisseau..

— de frégate...

— de corvette.. Lieutenants de vaisseau..

Enseignes de vaisseau 155

Cadets 163