Page:Larousse - Grand dictionnaire universel du XIXe siècle - Tome 8, part. 4, Gile-Gyz.djvu/246

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


1500

GREG

et portaient le ravage jusque dans Ravenrie. Ce pontife contribua aux progrès du christianisme en Germanie. On a de lui quelques LeUri-s dans divers recueils ecclésiastiques. GRÉGOIRE III, pape de 731 à 741. Il était Syrien d’origine et succéda au précédent, continua contre Léon et les iconoclastes la lutte de son prédécesseur, et implora l’appui de Charles. Martel tout à la fois contre I empereur grec et les Lombards d’Italie. Mais les Francs étaient trop occupés contre les Sarrasins pour songer à imposer leur protection et leur influence à l’Italie- Grégoire se consola de cet échec en étendant son autorité sur l’exarchat de Ravenne, abandonné en

5 unique sorte par les Grecs. a de lui deselfrps qu’on trouve dans les Conrilcs du P. Labhe et dans les Annules de Barotiius.

GRÉGOIRE IV, pape de 827 a 844. Il émit Romain de naissance. Les écrivains ecclésiastiques ont un peu faussé l’histoire pour exalter ce pontife, qui n’honora que médiocrement la chaire de saint Pierre. Il prit le parti du roi d’Italie l.othaire, révolté contre son père Louis le Débonnaire, et le suivit en France. Les évêques de ce pays lui reprochèrent la violation du serment qu’il avait prête à Louis. Il s’ensuivit des débats scandaleux, au milieu desquels Grégoire inaugura la fameuse doctrine de la suprématie de la puissance spirituelle. Il prit part à toutes les violences dus fils révoltés contre leur père ; mais il dut à la fin se retirer en Italie, où il fit relever la ville d’Ostie, à laquelle il donna Bon nom, bfttit des églises et fonda des monastères. C’est sous son pontifical que fut célébrée pour ta première fois la fête de tous les saints.

GRÉGOIRE V (Brunon), pape de 996 k 939, Allemand de naissance. Il succéda k Jean XV. Elu par l’influence de son oncle Othon III, roi de Germanie, ou plutôt désigné par lui, il s’empressa de reconnaître ce service en le couronnant empereur d’Occident. Les Romains, a la voix du sénateur Crescentius, se soulevèrent contre ce pontife, le chassèrent de Rome et le remplacèrent Pftr ’* Grec Pni" lagate (Jean XVI). Rétabli par Othon, Grégoire se signala par les plus grandes cruautés, lit arracher la langue, te nez et les yeux k son compétiteur, et trancher la tète à Crescentius. Il excommunia ensuite le rot do

France Robert I*’, qui avait épousé sans dispense sa cousine i erthe, et le contraignit à, la répudier. Il reste de lui des Lrttres, des Diplômes et des Ballesshns aucun’intèrét.

GRÉGOIRE VI (Jean-Gratien), pape de 1045 à lt»46. Trois papes indignes remuaient alors à Rome, l’un à Saint-Jean de Latrtin, le deuxième à Saint-Pierre, le dernier à. Sainte-Marie-Majeure (Benoît IX, Sylvestre lll, Jean XX), et tous trois se partageaient les revenus de l’Egli-e et le produit des aumônes. Grégoire réussit à former un quatrième parti, acheta l’abdication de Benoît IX, et fut lui-même déposé comme simoniaque par le concile de Sutri (1046), convoqué par l’empereur Henri III. Il mourut l’année suivante en Allemagne.

GRÉGOIRE VII (Hildebrand), l’un des pins grands hommes qui aient occupé la chaire pontificale, né à Soana (Toscane) vers 1013. Fils d’un charpentier, il entra au monastère de Cluny, dont il devint prieur, exerça autour de lui une influence souveraine par l’autorité de sa parole et par son zèle ardent pour l’indépendance de l’Église, pour la réforme des abus dont elle était souillée et pour la répression des scandales qui la déshonoraient. Appelé à Rome par le pape Léon IX, qui le créa cardinal, il le nourrit de son inspiration puissante et fut l’Âme des conciles qui, successivement, s’occupèrent, sans beaucoup de succès, d’arrêter les usurpations du pouvoir temporel, de réprimer la simonie, de rétablir la discipline ecclésiastique et de réformer les mœurs dissolues du clergé. Il eut la plus grande part k l’élection de Victor II I VD55). de Nicolas II (lt»r,8) et d’Alexandre II (1061). Il dirigea, sous ces divers régnes, les affaires ecclésiastiques et la politique romaine ; il contribua à fane changer le mode d’élection des papes, qui fut transféré du clergé et du peuple de Rome aux cardinaux, mit dans les intérêts du saint-siége les aventuriers normands établis dans l’Italie méridionale, fit chasser l’antipape llouorius II, que soutenaient les Allemands, et fut élu lui-même à la mort d’Alexandre II (1073). Parmi les vastes projets dont il rêvait la réalisation, il tenta d’abord l’accord des Églises d’Orient entre elles, leur subordination k la cour romaine, et !a formation d’une croisade des princes chrétiens pour la conquête de la terre sainte ; lui-même voulait se mettre à la tête d’une armée de 50,000 hommes pour délivrer le tombeau du i hrist. Mais les affaires de l’Occident ne Ini permirent pas de donner . suite à cette folle pensée et absorbèrent bientôt toute son énergie et sa dévorante activité. L’année 1076 vit commencer entre lui et l’empereur Henri IV la grande querelle des investitures, qui causa tant de troubles en Europe. Henri ne voulant point se laisser arracher par le saint-siège le droit d’ociroyer et de vendre, dans ses États, les dignités ecclésiastiques (que Grégoire revendiquait pour lui tout seul), il s’ensuivit d’abord un échange scandaleux d’invectives, de lettres injurieuses, de menaces, prélude de la lutte

GREG

terrible qui allait s’engager entre la puissance temporelle et la puissance spirituelle, et dont Grégoire ne devait pas voir la fin. Le pontife suscita des troubles et des révoltes dans les États de son ennemi ; celui-ci, de son côté, rassembla à Worms un concile de pivlnts allemands et lombards, qui, sous son inspiration, déclarèrent Grégoire simoniaque. impie, meurtrier, sacrilège, etc., et prononcèrent sa déposition. Il ne répondit qu’en excommuniant solennellement l’empereur et en déliant ses sujets du serment de fidélité. Le monde chrétien se partagea en deux factions qui mirent dans leur lutte autant de violence que d’acharnement. Grégoire ne dissimulait plus ses prétentions à l’omnipotence : « Si le saintsiége. écrivait-il, a reçu de Di<u le pouvoir déjuger les choses spirituelles, pourquoi ne jugerait-il pasaussi leschoses tempore^ es ?...i Arbitre du monde et réformateur de l’Église, tel était le rôle que convoitait sa puissante ambition. Supérieur h la cra ; nte comme a ia pitié, il ne craignit pas de faire face à tous ses ennemis i la fois et aniuhématisa tous les prélats allemands et lombards qui soutenaient son adversaire. En même temps, il entama la réforme ecclésiastique avec une énergie farouche qui ne recula devant aucun moyen : le rétablissement de la discipline, la destruction de la simonie, l’interdiction du mariage des prêtres, la réforme de mille abus dès longtemps invétérés, furent pour lui l’occasion d’autant de combats non moins acharnés que sa lutte avec l’empereur. La violence de la répression nous donne une idée des résistances qu’il rencontra. Ne pouvant parvenir a imposer le cé.ibat aux prêtres, il se servit des moines pour soulever les populations contre eux, les fit arracher des autels et les livra aux fureurs des exécutions populaires. Cependant Henri IV. sous le poids de la terrible sentence, voyait le vide se faire autour de lui ; les Saxons se soulevaient, les princes d’Allemagne s’agitaient, toutes les ambitions menaçaient son pouvoir. Il s’humilia, franchit les Alpes en plein hiver et vint implorer son pardon de Grégoire, enfermé dans la forteresse de Canossa, qui appartenait k la comtesse Mathilde, dont on connaît le dévouement an saint-siège. Le pontife imposa à l’empereur des conditions d’une dureté inouïe, Je contraignit à rester pendant trois jours, en suppliant, k la porte du château, pieds nus, vêtu de laine, jeûnant et priant du matin au soir. Cet acte de rigueur farouche et d’orgueil impitoyable était aussi impolitique que peu digne d’un chré.ien, et Henri en demeura exaspéré. Cette prétendue réconciliation ne fut donc que le prélude d’une guerre sans merci, qui ne tarda pas à éclater en effft. Chose remarquable, l’empereur trouvait de nombreux appuis en Italie, tandis que l’Allemagne lui était généralement hostile. En 1077. les princes, dans la diète de Forchheim, le déclarèrent déchu et élurent il sa pince Rodolphe de Souabe. Grégoire, après diverses tergiversations, confirma solennellement cette élection (1080) et renouvela l’anathème contre Henri. Cette prétention à disposer des royaumes (déjà manifestée à propos de la Dalmatie, de la Hongrie et du Danemark) ne pouvait être acceptée par la puissance temporelle, et elle attira les plus grands malheurs sur le saint-siége et sur la chrétienté. Henri convoqua k Brixen un nouveau concile par lequel il fit déposer Grégoire et élire un nouveau pape, sous le nom de Clément 111 ; puis, après avoir écrasé en Allemagne son compétiteur k l’empire, il s’avança, vers 1 Italie, escorté de son antipape, et vint assiéger Rome. Grégoire résista pendant quelque temps, défendu par les troupes de la comte sseMathilde. Enfin, abandonné des Romains, assiégé dans le château Saint-Ange (1084), il appela à son secours les Normands, dangereux auxiliaires qui chassèrent Henri, mais livrèrent k la plus effroyable dévastation ia ville qu’ils étaient venus défendre, bevenu odieux aux Romains, il fut contraint de s’enfuir s«us la protection de ses farouches alliés, et suivit Robert Guiscard à Salerne, où il mourut l’année suivante (1085), inflexible jusqu’à la dernière heure et protestant de la justice de sa cause et de l’iniquité de ses ennemis ! Grégoire Vil est la plus grande figure de In papauté au moyen Age ; mais il est, en même temps, l’exemple le plus illustre de 1 impuissance de la classe sacerdotale à co’irber l’Europe sous le joug de la théocratie. En ert’et, bien que son impérieuse et indomptable énergie ait obtenu une large extension des privilèges et des prérogatives du saint-siége, il ne put jamais, maigre la violence de ses efforts, faire prévaloir le principe de la suprématie et de l’omnipotence temporelle du siège de Rome sur les empires et les royaumes, -te principe dont l’aveuement est resté pendant plusieurs siècles le rêve secret des papes et l’une des causes principales des subversions et des déchirements de l’Occident. « Dans l’œuvre du moine de Cluny, qui gouverna le monde catholique sous le nom de Grégoire VU, dit M. L. Joubert, il y a deux parts qui attestent l’une et l’autre un génie vaste et un courage indomptable, mais qui ne doivent pas être confondues dans une égale admiration, car l’une fut grande, sensée, durnble, légitime et bienfaisante, l’autre fut grandiose, éphémère, d’une légitimité et d’une ut.lité douteuses. Grégoire VII organisa le catholicisme, et, à ce nue, il a sa place marquée à côté des plus grands hommes. Délivrer

GREG

la papauté du joug des empereurs, qui s’étaient arrosé le droit de nommer les évêques de Rome, ’la soustraire aux caprices de la multitude, qu’une vieille coutume, désormais sans raison d’être, investissait du droit de concourir à l’élection pontificale, concentrer l’élection dans le collège des cardinaux, et, après avoir épuré la source de la papauté, rattacher k ce pouvoir devenu indépendant toute la hiérarchie catholique qui flottait elle-même en proie aux puissances temporelles ; consacrer parmi les prêtres la loi du célibat, là rétablir la où elle avait été violée ; affranchir, moraliser et discipliner le clergé, ce fut la tâche que s’imposa Grégoire VII, et qui, bien que très-difficile, ne dépassait pas les forces d’un génie de premier ordre. Comme elle était sensée, elle réussit ; comme elle était bienfaisante, elle a duré. Mais le pontife ne se borna pas h. organiser le pouvoir spirituel, il voulut en faire le régulateur suprême des pouvoir temporels... Du reste, légitime ou non, la suprématie pontificale ne pouvait s’établir que. pftr la lutte, et. dès lors, elle n’atteignait pas son but. qui était de faire régner l’ordre parmi les puissances temporelles. Privés de forces régulières, les papes, pour combattre les empereurs, faisaient appel k la sédition, poussaient les peuples k se révolter contre les souverains, armaient le fils contre le père. De pareils moyens, violents et inefficaces, n’étaient pas de nature à établir la paix en Europe, et risquaient de compromettre la papauté, en la montrant révolutionnaire et impuissante. ■ Nous avons peine a. admettre avec l’auteur de ce passage que le célibat imposé aux clercs fût une idée sensée. Voici comment, à son tour, l’a jugé M. H. Milman : « Le but principal et avoué du pontificat de Grégoire VU fut l’indépendance absolue du clergé, depuis le pape jusqu’au dernier prêtre, dont la personne devait être aussi sacrée que celle du pontife suprême. Sous cette indépendance se dissimulait une prétention non équivoque à la supériorité. Une vaste autocratiespirituelle, ayant le pape pour chef, devait gouverner le monde. Pour réaliser ce système dont le clergé devait être l’agent, il fallait faire du clergé une caste plus distincte, plus inviolable dans^ ses personnes et dans ses biens qu’il ne l’avait encore été. Placé au sommet de l’édifice social, le pape devait être l’arbitre souverain de chaque querelle, et le médiateur suprême dans chaque question de guerre ou de paix... Grégoire Vil a été le type, le modèle absolu du monarque spirituel. On se demande aujourd’hui si ses idées de gouvernement, pareilles a celles des anciens Césars, ne reposaient pas sur la prostration de toutes les libertés humaines, sur l’asservissement même des rangs inférieurs de l’ordre sacerdotal. C’était assurément une vaste et brillante conception ; mais comment la pureté sublime du christianisme pouvait-elle admettre qu’une hiérarchie humaine, qu’un homme seul, se plaçant sans autorité entre Dieu et le genre humain, s’attribuât ainsi une divinité secondaire ? Dès lors, contre ses déorets, toute résistance de l’intelligence humaine se trouvait être une trahison, toute tentative de limiter son pouvoir une impiété. Cette autocratie universelle fut fondée et maintenue (par Hiidebrand plus que par aucun autre pontife) en usant de moyens absolument contraires k l’essence même du christianisme, par la guerre avec toutes ses horreurs et par chaque espèce de misère humaine, c’est-a-dire au prix du sacrifice des principes les plus sacrés. •

GRÉGOIRE VIII (Albert ni ! Mora), pape en 11S7. succéda à Urbain III. Son pontificat, qui ne dura que deux mois, est absolument vide d’événements. On a de lui trois lettres et une bulle.

GRÉGOIRE V111, antipape. V. Bourdin (Maurice).

GRÉGOIRE IX (Hugolin), pape, né k Anagni, élu en 1227, mort en 124], succéda a Honorius III. Il continua contre l’empire la lutte traditionnelle de la papauté, lutte qui avait pour but la conquête de la suprématie politique aussi bien que de l’omnipotence spirituelle. Il excommunia Frédéric II, qui éludait sans cesse sa promesse de partir pour la terre sainte, dut s’enfuir plusieurs fois de Rome pour éviter sa colère et ses armes, échanga avec lui, dans l’intervalle des hostilités, des Ici très et des circulaires pleines d’injures tirées de l’Écriture sainte, et mourut après avoir vainement offert le royaume de son ennemi à saint Louis (pour le comte d’Artois), qui refusa d’entrer dans son parti (v, Frédéric II). Ce pontife était fort savant en droit canonique, et il donna une collection de DèevHnUs (Mayenee, 1473, in-fol.) qui firent longtemps autorité.

GRÉGOIRE X (Théobald), pape de 1871 il 1276, né à Plaisance. Il était de l’illustre famille des Visconti. Il remplaça, après une vacance de trois sur, Clément IV sur le trône pontifical. Grégoire tint à Lyon, en 1274, un concile œcuméiiifie pour l’extinction du schisme grec et la réforme de l’Église ; mais les efforts tentés à.e sujet n’aboutirent puint. En revanche, sous l’inspiration du pontife, les évêques réunis au concile de Lyon donnèrent une nouvelle organisation au modo d’élection des papes et déterminèrent qu’elle se ferait en conclave. Il intervint aussi dans les affaires de l’Europe, contribua à l’élection

GREG

de Rodolphe de Habsbon -g et obtint du roi do France Philippe le Hardi la cession du Comtat-Venaissin au saint-siàge. On trouve cent

deux lettres de ce pape dans Y Histoire ecdé~ siimtiyxe île Florence, par Campi.

GRÉGOIRE XI (Pierre-Roger DE Mon- TIUHJX), pape de 1370 à 1375, né en 1329 Ou, selon d’autres, en 1336, Drès de Limoges. H était fils de Guillaume II, seigneur des Rosiers et comte de Beaufort. Créé cardinal k dix-sept ans par son oncle Clément VI, il succéda le 30 décembre K 70 k Urbain VI, fut ordonné prêtre au mois <h janvier suivant etcouronné le lendemain. Grégoire fut le septième pape résidant à Avignon ; mais il revint fixer son siège à Rome en 1377, intimidé par les insurrections dite lie et par l’attitude des Romains, qui menaçaient d’élire un mitre pape. Il apaisa ia guerre entre la France et l’Angleterre et celle entre Jeanne de Naples et Frédéric rie Sicile, réforma plusieurs ordres monastiques et moi ira un grand zèle contre les hérésies, notanment contre celle de Wicleff, qu’il venait d’aïuuhém-.itiser au moment où il mourut (13"Sl.Co pontife, le dernier que la France ait dorné à l’F.glise. créa huit cardinaux limousins, dont cinq étaient ses parents. On trouve un grand nombre de ses lettres dans les collections des conciles. GRÉGOIRE XII (Angelo 2oRRAFio), papede HOC h 1415, né à Venise ViM 1325. Elu après la mort d’Innocent VIL à..’époque du grand schisme, pendant que Benoit XIII siégeait à, Avignon, il avait signé l’acte par lequel chacun des cardinaux "s’engageait, dans le cas ou il serait nommé, à abdiquer en même temps que Benoit, afin de faciliter l’extinction d un dualisme qui était un scanlale pour la chrétienté. Mais il ne paraissait pas, «on plus que son adversaire, disposé àdjnner cet exemple de désintéressement. Le concile de Pise (1409) les déclara tous les deux schismatiques, parjures, hérétiques, etc., prononça leur déposition et élut, pour les remplacer, Alexandre V, nuis, à la mort de celui-ci, Jean XXIII. Cet acte de vigueur n’améliora f as la sitinttion : au lieu de deux papes, il y en eut alors trois, soutenus chacun par uné factbn beaucoup plus inspirée par l’orgueil et l’imbition que par les intérêts de la religion. Grégoire, réfugié à GuEte, soutenu par Ladislas, roi de Sicile, résista pendant quelques années ; mais, lors de la réunion du concile de Ci nstance (MIS), il y envoya l’acte de son abdication et reçut, en récompense, le titra de légat perpétuel dans la marche-d’Aucône. U mourut deux ans plus tard.

GRÉGOIRE Illl, pape de 1572 k 1585, né k Bologne en 1502, de la fami le des Buoneompagni. succéda à Pie V. Il montra beaucoup de zèle pour la propagation de l’instruction ecclésiastique, mais fut moins heureux dans ses tentatives pour entraîner les nations chrétiennes dans une guerre contre les Turcs. Il fit faire des réjouissances publiques pour célébrer le massacre de la Suint-Barthélemy, poursuivit les hérétiques a’ec une activité implacable, suscita des trot blés en Irlande, appuya Philippe II contre Elisabeth, donna des subsides aux ligueurs français et obéra tellement ses finances, qu’il on fut réduit aux mesures financières les plus violentes, telles que la confiscation d’une grande partie des tiefs et des châteaux de l’Etut romain, ce qui souleva contre lui toute la noblesse et amena des troubles sanglants qu’il lut impuissant a réprimer. L’événement le pljs important de son règne est la eorreotioi du calendrier Julien et l’établissement de celui qui est aujourd’hui suivi par les nations chrétiennes (à l’exception des Russes et des Grecs), et qu’on a nommé de son nom Grégorien. V. ca-

LKNDRUvR,

GRÉGOIRE XIV (Nicolas Svondrate), pape de 1590 à 1591, né à Crémone, succéda à Urbain VII. Il inaugura son rèj ; ne par un don de 1.000 écus a "chacun des jinqnnnte-deux. cardinaux qui l’avaient élu. Les sollicitations de l’Kspagne et.du duc de Mayenne l’entraînèrent à. excommunier Henri IV et à envoyer des secours aux ligueurs. On sait que le clergé français n’approuva p.)int son arrêt, qui fut brûle parla main du bjurreau. Ce fut lui qui donna le bonnet rouge aux cardinaux réguliers,

GRÉGOIRE XV (Alex.-Ltidovisio), pape de 1021 à 1623, après la mort de Paul V, né it Bologne en 1554. Il secourut l’empereur contre les réformés et le roi de Pologne contre les Turcs, poursuivit vainement le rétablissement des jésu-les à Venise, érigea l’evéché de Paris en métropole, canonisa sainte Thérèse, saint François-Xavier éi. saint Ignace de Loyola, et introduisit le scrutin secret dans l’élection pontificale. Ce pontife était très-in-Struit et on lui doit la publication d’importantes collections, notamment des UécUionsde la Bote.

GRÉGOIRE XVI (Mauro Capellari), pape de 1S31 k 1S46, né à Bellune le 10 septembre 176.’., mort k Rome le ter ju n 1846. Il appartenait it l’ordre des moines cnmaldules et se lit de bonne heure remarquer p ir sa connaissance approfondie des langue.* orientales et de In théologie. Fort je.une encore, en 1739, il publia un ouvrage intitulé : le Triomphe du siiint-sirge ou les Nnaalews ’norférties cornbutins par leurs propres armas. Dans ce livre, il se montrait l’adversaire déch.ré des jansénistes italiens. Deux ans plus tard, il était