Page:Lavignac - Le Voyage artistique à Bayreuth, éd7.djvu/30

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les bords de la rivière y sont jolis ; c’est dans une île qu’est construit l’Hôtel de ville, qui ne date que du XVIIIe siècle, mais est intéressant par ses fresques extérieures. Plusieurs églises valent d’être visitées : la Cathédrale, l’Église Saint-Michel et l’Église Sainte-Marie.

L’ancienne Résidence, datant du XVIe siècle, n’est pas banale. Si on a le temps, on pourra compléter l’excursion en allant voir le château d’Altenbourg, à une demi-heure de la ville, qui possède une jolie chapelle et de la tour duquel on aune fort belle vue.


De Nuremberg à Bayreuth, le trajet se fait en 2 heures 20 minutes environ. Les trains sont fréquents et commodes ; la contrée que l’on traverse est ravissante : on longe la vallée de la Pegnitz, qui fait de nombreux circuits dans une campagne accidentée et verdoyante.

Peu avant l’arrivée à Bayreuth, à gauche dans le sens de la marche du train, l’œil aperçoit au loin, au delà de la gare, et sur une riante colline, le but de notre pèlerinage, le fameux Théâtre des Fêtes, qui détache sur le ciel son bâtiment rouge, orné, pendant la saison théâtrale seulement, de deux grandes oriflammes bleu et blanc, les couleurs bavaroises.


_________________