Page:Lavisse - Une certaine manière d’arranger l’Histoire, paru dans Le Temps, 29 juin 1913.djvu/8

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

ses fonctions, qui sont de manger, boire, monter à cheval et gouverner. Le sénéchal, qui découpe la viande du roi, est aussi le principal ministre, « grand et souverain maître de France » ; le connétable, gardien des écuries, commande les armées ; le bouteiller, torcheur d’écuelles, préside la Chambre des comptes.

Ces domestici forment le Conseil du roi. À de certains jours, le conseil se grossit du cortège des évêques et des barons, et c’est la Cour plénière. À d’autres jours, grandement élargi, il devient les États-généraux. Les États-généraux, c’est toute la famille réunie autour du roi.


Cette pittoresque description est vraie — à peu près, mais pour un temps — et qui ne dura guère. Or, le livre de M. Brentano s’intitule le Roi, non par le roi du moyen âge, mais le roi tout court ; et ce roi régna jusqu’en 1792 ; il ne s’appelle pas seulement saint Louis ou Charles V, ou Louis XII ; il s’appelle aussi François Ier et Louis XIV ; même, lorsqu’on me dit le roi tout court, c’est au grand Roi que je pense. M. Brentano a-t-il donc oublié de penser à Louis XIV ? Nullement :