Page:Lavoisier - Opuscules physiques et chimiques.djvu/98

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

jS Précis historique

de nouvel air fixe , l'eau acquiert la vertu de dilToudre une partie de la terre qui s'étoit préci- pitée.

L'eau imprégnée d'air fixe a encore la pro- priété de diflbudre prefque tous les métaux , (TranfaB, Pkilofoph. année Ij6^, ) & fur- tout le fer & le zinc ; il ne faut qu'une très-petite quan- tité de ces métaux pour communiquer à l'eau leur goût &: leurs vertus ( i ).

Ces circonftances femblent expliquer , de la manière la plus naturelle , comment l'eau dlflillée la plus pure, attaque le fer & le difTout, ainfi qu'il réfulte des obfervations de M. Monet , & pourquoi cette combinaifon fe fait plus facile- ment dans l'eau froide que dans l'eau chaude : c'eft que Teau n'attaque le fer qu'en raifon de l'air fixe qu'elle contient; or, on vient de voir qu'elle en contient d'autant moins qu'elle efl plus chaude. C'efl par cette même raifon , qu'on ne peut retirer de la plupart des eaux minérales ferrugineufes , un feul atome de vitriol.

C'efl encore M. Cavendish qui nous a appris que l'air fixe pouvoit s'unir à Tefprit-de-vin Se

��( I ) Quoique cette observation ne (bit pas de M. Caven- dish 5 on a cru qu'elle devoit trouver place ici.

�� �