Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/127

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
125
SONNETS RUSTIQUES



LE RÉVEIL


Laissons l’âtre mourir ; courons à l’aventure.
Le brouillard qui s’élève est largement troué ;
La fontaine reprend son murmure enjoué ;
La clématite grimpe à chaque devanture.

Le ciel fait ondoyer les plis de sa tenture ;
Une tiède vapeur monte du sol houé ;
L’air doux ; est plein de bruits ; les bois ont renoué,
Dans les effluves chauds, leur discrète ceinture.

L’aile gaiement s’envole à l’arbre où pend le nid ;
L’enfant rit ; le vieillard n’a plus de tons acerbes ;
Les insectes émus s’appellent sous les herbes.

O le joyeux réveil ! Tout chante, aime et bénit !
Un élan pousse à Dieu la nature féconde,
Et le rire du ciel s’égrène sur le monde.