Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/132

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
130
SONNETS RUSTIQUES



JEUNES ÉPOUX


Ils sont comme les fruits qu’on met dans le pressoir.
Le soleil a cuivré leur figure rougeaude.
Lui, dans son champ qu’il bêche, heureux, il échafaudé
De modestes bonheurs qu’il faut parfois surseoir.

Elle, dans sa maison arrange tout. Le soir,
Quand le marmot sommeille en sa couche bien chaude,
Elle prend, au panier, les bas qu’elle ravaude,
Et vient près de son homme en souriant s’asseoir.

Ils parlent du jardin… Il faut qu’on le ratisse.
Ils parlent des agneaux, des laines qu’elle tisse,
Et du grain qu’il va battre et porter au moulin.

Il tire de sa pipe une longue bouffée,
Puis ils vont au berceau, d’une marche étouffée,
Pour voir l’ange qui dort sous un voile de lin.