Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/147

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
145
SONNETS RUSTIQUES



LA GROSSE GERBE


C’est la serrée enfin, le grain est javelé.
Béni le front soumis que la sueur arrose !
La lumière s’étend comme une nappe rose
Sur le moissonneur humble et le champ nivelé.

Chaque automne, chez nous, on a renouvelé
Cette fête où jamais aucun front n’est morose.
Aux rustiques beautés, alors, plus d’un gars ose
Faire un aveu que l’œil a déjà révélé.

Il faut avec deux harts lier la grosse gerbe.
Choisissez les épis et faites-la superbe ;
Couronnez-la de fleurs, parez-la de rubans.

Qu’elle entre dans la grange au son des tambourines.
Chantez, parlez d’amour, ô lèvres purpurines,
Et plus tard, à l’église, on publiera des bans.