Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/199

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
197
FANTAISIE



FIDÈLE


Quand vers les bois épais je m’en allais, rêveur,
Le front ceint de feuillage, elle était à l’orée,
Pour verser un dictame à mon âme éplorée
Et me dire des mots d’une étrange saveur.

Je ne mendiais pas de coupable faveur.
Jamais un souffle impur ne l’avait déflorée.
Je l’ai dès mon enfance ardemment implorée,
Et sa main m’a conduit loin du monde viveur.

Son œil tombait sur moi comme un reflet de perle.
Le flot bleu qui se berce et mollement déferle
Était comme l’écho de son pas gracieux.

Elle avait le baiser qui jette en frénésie
Et l’étreinte qui brûle… O sainte poésie,
Tu m’as été fidèle, allons ensemble aux cieux !