Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/206

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
204
FANTAISIE



ÂME ET FLEUR


O fleur qui nais d’un souffle et d’un rayon de jour,
Dans l’or de la jonchée ou l’ambre de l’éteule,
Comme lame qui souffre on te voit souvent seule,
Et sous l’effluve froid tu tombes sans retour !

Âme qui viens du ciel sur l’aile de l’amour,
Comme la fleur, parfois, tu te penches bien veule !
Tes rêves sont broyés comme un champ sous la meule,
Et ton parfum s’envole aux âmes d’alentour.

Vous vivez de lumière et de divines fièvres :
Soleil ou charité. La-soif brûle vos lèvres,
Et goutte à goutte l’eau descend : rosée ou pleur.

Mais qui donc êtes-vous ? Fleur aux ailes de flamme
Et faite de soleil, chaste fleur, es-tu l’âme ?
Âme dont le parfum m’enivre, es-tu la fleur ?