Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
47
SOUFFLE RELIGIEUX



ASPIRATION


Nous n’avons de repos, hélas ! sur nul rivage.
Combien d’efforts sont vains ! Combien sont méprisés !
L’hymne des grands espoirs nous a pourtant grisés,
Mais grisés trop souvent comme un mordant breuvage !

L’homme voudrait, Dieu bon, sortir de l’esclavage,
Ht prendre son essor loin de ses fers brisés.
Les airs seront conquis et les vents, maîtrisés ;
Ne met-il pas déjà tes foudres en servage ?

Je ne blasphème point. J’adore ton décret.
Mais je suis curieux de savoir le secret
De nos vices si bas, de nos vertus si hautes.

L’homme connaît-il bien ta sainte volonté ?
Verra-t-il ton visage ? Ou le poids de ses fautes
L’emportera-t-il donc, Seigneur, sur ta bonté ?