Page:LeMay - Les gouttelettes, sonnets, 1904.djvu/97

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
95
GLANÉ DANS NOTRE HISTOIRE



JACQUES CARTIER


Il s’embarque. Voyez flotter son pavillon.
Où va-t-il ? Quel motif’soudain le détermine ?
Aux agrès, matelots ! Au large, Grande Hermine !
Petite Hermine, vogue, et vogue, Emerillon !

L’aube donne à la voile un reflet vermillon,
Les voix meurent. Le bruit de la mer les domine.
L’humble flotte, qu’un peu de soleil illumine,
Ouvre dans le flot sombre un glorieux sillon.

Le jour après le jour apparaît et s’efface.
La mer semble agrandir sa houleuse surface,
Et rouler au hasard vers des bords incertains.

Les vents poussent toujours la frêle caravelle.
Cartier cherche, anxieux, les horizons lointains
Où doit enfin surgir une France nouvelle.