Page:LeMoine - Ornithologie du Canada, 1ère partie, 1861.djvu/95

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


BIOGRAPHIE.




AUDUBON.


« Autrefois, dit Cuvier, dans un rapport adressé par lui à l’Académie des sciences, à Paris, c’étaient les naturalistes européens qui dévoilaient à l’Amérique, ses trésors en fait d’histoire naturelle ; mais maintenant ses Mitchell, ses Harlan, et ses Chs. L. Bonaparte, ont soldé avec intérêt la dette que l’Amérique devait à la vieille Europe. L’histoire des oiseaux de l’Amérique par Wilson, égale en élégance ce que nous avons de mieux et si Audubon complète le travail qu’il a entrepris, l’on sera forcé d’avouer que sur ce point le Nouveau Monde a surpassé l’Ancien. »

L’œuvre d’Audubon a été achevée : Cuvier lui-même l’a prononcé « le plus splendide monument, que l’art ait élevé à l’ornithologie : » le genre humain a ratifié son verdict.

Jean-Jacques Audubon naquit en 1782, à la Louisiane de parens français. Dès sa jeunesse, il fut envoyé à Paris pour compléter ses études ; c’est là qu’il commença à s’adonner à l’histoire naturelle et qu’il prit des leçons de dessin du peintre David. De retour aux États-Unis, à l’âge de dix-huit ans, son père l’établit sur un beau domaine, orné de parcs près de Philadelphie ; il s’y appliqua de bonne heure à connaître et à dessiner les oiseaux qui fréquentaient ses bocages ; ces esquisses furent les ébauches de ses superbes dessins, connus plus tard comme « Les Oiseaux de l’Amérique. » Vers ce temps il prit femme : c’est là aussi que naquit son fils aîné Victor. Audubon se livra d’abord au négoce, mais ses goûts pour les fleurs, les champs et les oiseaux, et son culte passionné de la nature, nuisirent probablement à ses