Page:LeNormand - Autour de la maison, 1916.djvu/120

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
120
AUTOUR DE LA MAISON

Et Marie s’étonnera en lisant ceci ; puis, cherchant dans sa mémoire, elle se rappellera sans doute sa fille brisée et mon attitude de désespérée ! Que tout cela est loin, et que fut intense mon chagrin d’enfant, pour que je le retrouve ainsi vivant dans mon souvenir !

Chaque jour, quelque chose se fane ou finit autour de moi, parce que les joies de la terre sont des poupées qui se brisent sans qu’on le veuille, et quand on les désire avec le plus d’ardeur. Je ne ressens peut-être pas autant de peine pour les petits déchirements quotidiens que j’en éprouvai devant la jambe décrochée du bébé de Marie. On souffre moins, quand on sait la raison de la douleur, et qu’elle nous élève.

Mais, mon Dieu, qu’est-ce que je savais bien, pendant que je sanglotais éperdument, en regardant à travers la buée de mes larmes, le jardin qui grisonnait sous le ciel couvert, et le soir qui venait ?…


XXXIII


Il faisait encore soleil quand on sortait de la classe, à quatre heures, et l’on s’amusait le long de la route. Les maisons avaient au bord de leurs toits bas et penchés une frange de glaçons brillants qu’on rêvait de posséder !