Page:Le Chartier - Tahiti et les colonies françaises de la Polynésie.djvu/40

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’Angleterre, réveillaient chez les indigènes le sentiment national.

Néanmoins en 1836 l’expulsion des missionnaires catholiques appela l’attention du gouvernement français, qui envoya successivement le contre-amiral Dupetit-Thouars (1838), Dumont d’Urville (1839), Cécile (1840), Laplace (1841), Dubouzet 1842).

Le Chartier - Tahiti et les colonies françaises de la Polynésie, plate page 0040.png
Reine Pomaré IV.

Dans l’intervalle les Anglais étaient parvenus à faire déclarer la religion protestante, religion de l’État tahitien ; aussi les commandants de nos flottes eurent-ils souvent à débattre des règlements relatifs à la liberté du culte. Mais grâce à M. Mœrenhout, consul des États-Unis chargé par délégation des inté-