Page:Le Coran (Traduction de Savary, vol. 1), 1821.pdf/190

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Votre délivrance est une faveur éclatante du ciel.

47Nous ouvrîmes pour vous les eaux de la mer ; nous vous sauvâmes de ses abîmes, et vous y vîtes la famille de Pharaon engloutie.

48Tandis que nous formions notre alliance avec Moïse, pendant quarante nuits, vous adoriez un veau, et vous fûtes prévaricateurs.

49Nous vous pardonnâmes, afin que vous nous rendissiez des actions de grâce ;

50Et nous donnâmes à Moïse un livre, avec des commandemens, pour être la règle de vos actions.

51Moïse dit aux Israélites : O mon peuple ! pourquoi vous livrez-vous à l’iniquité, en adorant un veau ? Revenez à votre créateur ; immolez-vous mutuellement : ce sacrifice lui sera plus agréable ; il vous pardonnera, parce qu’il est indulgent et miséricordieux.

52Vous répondîtes à Moïse, Nous ne croirons point jusqu’à ce que nous ne voyons Dieu manifestement. La foudre vous environna, et éclaira votre malheur.

53Nous vous ressuscitâmes, afin que vous fussiez reconnaissans.

54Nous fîmes descendre les nuages, pour vous servir d’ombrage : nous vous envoyâmes la manne et les cailles, et nous dîmes, Nourrissez-vous des biens que nous vous offrons. Vos murmures n’ont nui qu’à vous-mêmes.

55Nous dîmes au peuple d’Israël, Entrez dans cette ville ; jouissez des biens que vous y trouverez en abondance ; adorez le Seigneur en y entrant. Dites, Le pardon soit sur nous. Vos péchés vous seront remis, et les justes seront comblés de nos faveurs.

56Les méchans changèrent ces paroles, et nous fîmes