Page:Le Coran (Traduction de Savary, vol. 1), 1821.pdf/291

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

fidèles, ceux qui font la prière, l’aumône, et qui adorent le Seigneur.

62Ceux qui marchent sous la protection du Ciel, de son apôtre et des croyans, sont les milices du Seigneur. Ils remporteront la victoire.

63O croyans ! ne vous liez point avec les chrétiens, les juifs et les impies, qui font de votre culte l’objet de leurs railleries. Craignez Dieu, si vous êtes fidèles.

64Ne vous liez point avec ceux qui se moquent de la prière, à laquelle on les invite ; ils sont dans l’ignorance.

65Demande aux juifs : quel est le sujet de l’horreur que vous avez pour les fidèles ? Est-ce parce qu’ils croient en Dieu, aux anciennes écritures, ou parce que la plupart d’entre vous sont prévaricateurs ?

66Que vous peindrai-je de plus terrible que la vengeance que Dieu a exercée contre vous ? Il vous a maudits dans sa colère. Il vous a transformés en singes et en porcs, parce que vous avez brûlé de l’encens devant les idoles, et que vous êtes plongés dans les plus profondes ténèbres.

67Lorsqu’ils se sont présentés à vous, ils ont dit : Nous croyons. Ils sont entrés avec l’infidélité ; ils s’en sont retournés avec l’infidélité : mais Dieu connaît ce qu’ils recèlent.

68Combien d’entre eux se livrent à l’iniquité ? Combien en verrez-vous se nourrir des mets défendus ? Mais malheur à leurs œuvres !

69Si leurs docteurs et leurs pontifes n’arrêtaient l’impiété de leurs discours, s’ils ne les empêchaient de transgresser le précepte des alimens, malheur aux maux qu’ils commettraient !