Page:Le Coran (Traduction de Savary, vol. 1), 1821.pdf/413

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

tration des grains de ton empire, je saurai les conserver.

56Nous établîmes ainsi Joseph en Egypte. Il s’y choisit une habitation à son gré. Nous versons nos faveurs sur ceux qu’il nous plaît, et nous ne laissons point périr le prix dû à la vertu.

57La récompense de l’autre vie, bien plus magnifique, sera le partage de ceux qui ont la foi et la crainte du Seigneur.

58Les frères de Joseph vinrent se présenter à lui. Il les reconnut aussitôt ; mais ils ne purent le reconnaître.

59Il leur fit donner les choses dont ils avaient besoin, et leur dit : Amenez-moi celui de vos frères qui est resté auprès de votre père. Ne voyez-vous pas que je remplis la mesure, et que je reçois bien mes hôtes ?

60S’il ne vous accompagne, à votre retour, l’achat du grain vous sera interdit, et vous n’approcherez plus de moi.

61Nous le demanderons instamment à notre père, répondirent-ils, et nous ferons ce que vous ordonnez.

62Joseph commanda qu’on mît dans leurs sacs le prix de leur blé, afin que de retour chez eux, l’ayant trouvé, ils revinssent.

63Arrivés dans leur famille, ils dirent à Jacob : L’achat du grain nous est interdit. Envoie Benjamin avec nous, si tu veux qu’on nous en mesure une seconde fois. Repose-toi sur nous du soin de sa conservation.

64Vous le confierai-je, répondit Jacob, comme je vous confiai son frère ? Mais Dieu est le meilleur des gardiens. Sa miséricorde est infinie.

65Lorsqu’ils eurent ouvert leurs sacs, ils trouvèrent