Page:Le Coran (Traduction de Savary, vol. 2), 1821.pdf/254

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


47S’ils persistent dans l’incrédulité, tu cesses d’être leur guide. La prédication seule est ton ministère. Comblé des faveurs du ciel, l’homme s’abandonne à l’ivresse de la joie ; puni de ses crimes, il devient ingrat.

48L’empire du ciel et de la terre appartient à Dieu. Les êtres sortent à son gré du néant. Il donne à qui il veut des filles ou des fils.

49Il commande, et la mère met au jour deux jumeaux de différens sexes. Il rend stériles celles qu’il veut. Il possède la sagesse et la puissance.

50Il ne parle à l’homme que par inspiration ou derrière un voile,

51Ou bien il envoie un de ses ministres pour lui faire connaître ses volontés. Il est sage et sublime.

52C’est ainsi que nous t’avons envoyé notre esprit [1]. Avant cette époque heureuse, tu ne connaissais point le Coran. Nous y avons fait briller la vraie lumière. Nos élus marcheront à sa clarté. Par elle tu conduiras les hommes dans le chemin de la justice ;

53Dans le chemin de Dieu souverain des cieux et de la terre. N’est-il pas le terme de toutes choses ?


  1. Cet esprit est Gabriel.