Page:Le Coran (Traduction de Savary, vol. 2), 1821.pdf/256

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

conder les campagnes stériles. C’est ainsi qu’il ranimera les morts.

11C’est lui qui a tiré tous les êtres du néant ; c’est lui qui vous a donné les vaisseaux et les quadrupèdes pour vous porter.

12Portés sur la terre et les mers, ne devez-vous pas vous rappeler ses bienfaits, et dire : Louange à celui qui a fait servir les créatures à nos besoins ? Nous n’aurions pu nous procurer ces avantages.

13Nous retournerons tous à Dieu.

14L’homme ingrat a pensé que le Dieu suprême avait eu des enfans de ses créatures.

15Aurait-il préféré des filles ? Il vous donne des fils.

16Lorsqu’on vous annonce [1] ce que vous attribuez au miséricordieux, votre front se couvre d’un nuage, et vous êtes accablés de douleur.

17L’Éternel serait-il le père d’un être capricieux, d’une fille dont la jeunesse se passe au milieu des ornemens et de la parure ?

18Ils prétendent que les anges, ces serviteurs de Dieu, sont des filles. Ont-ils assisté à leur création ? Ils seront interrogés, et l’on écrira leur témoignage.

19Ils ajoutent : Si le miséricordieux eût voulu, nous ne les aurions pas adorés. Le ciel leur avait—il commandé ce culte ? Ils blasphèment.

20Leur avons-nous envoyé un livre avant le Coran ? En possèdent-ils un ?

21Nous avons, continuent-ils, trouvé nos pères attachés à une religion, et nous la suivons.

22Toutes les fois que nos ministres prêchèrent la foi dans une ville, les principaux du peuple leur tin-


  1. La naissance d’une fille.