Page:Le Coran (Traduction de Savary, vol. 2), 1821.pdf/364

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Coran ce qui vous sera le moins pénible. Il n’ignore pas qu’il y a parmi vous des infirmes, des fidèles qui voyagent pour se procurer l’abondance, d’autres qui combattent sous l’étendard de la foi. Lisez donc ce qui vous sera le moins pénible. Faites la prière. Payez le tribut sacré. Formez avec le Seigneur une alliance glorieuse. Vous trouverez dans ses mains le bien que vous aurez fait. Vous recevrez la récompense de vos vertus. Implorez l’indulgence du Seigneur ; il est indulgent et miséricordieux.



CHAPITRE LXXIV [1].
Le Manteau.
donné à La Mecque, composé de 55 versets.

Au nom de Dieu clément et miséricordieux.


O toi qui es couvert d’un manteau !

2Lève-toi, et prêche.

3Glorifie le Seigneur.

4Purifie les vêtemens.


  1. Ce chapitre porte à peu près le même titre que le précédent. Le voici : O toi qui es couvert d’un manteau !

    De ce que Mahomet paraît deux fois couvert d’un manteau, Maracci conclut qu’il était épileptique et démoniaque. Est-il une raison plus frivole ? Il ignorait sans doute que les Arabes ne vont jamais sans de longs manteaux de laine blanche, qui les défendent de la chaleur pendant le jour, et qui leur servent de lit pendant la nuit. Ces robes flottantes sont encore des habits de cérémonie, et ils ne paraîtraient pas devant une personne honnête sans en être revêtus. Il n’est donc pas étonnant que Mahomet à l’instant où il feint que l’ange lui a parlé en ait été couvert. J’ai vu en Égypte de ces prétendus démoniaques, de ces hommes qui se disent inspirés ; loin d’être enveloppés de manteaux, ils vont absolument nus, apparemment pour être plus dégagés des choses terrestres. Le peuple les révère comme des hommes possédés d’un génie, comme des saints.