Page:Le Dantec - Lamarckiens et Darwiniens.djvu/19

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

milieu épuisé, les plastides seront tous condamnés à la mort élémentaire[1] ; chacun des plastides a donc besoin, pour exister, des substances que consomment ses cohabitants, et l’on peut dire que ces plastides, tirant chacun à soi les substances nécessaires à tous, luttent pour l’existence.

Si tous les plastides de l’espèce considérée sont identiques et si le milieu est et reste homogène, les conditions variant de la même manière pour tous, ils finiront par disparaître tous à la fois. Mais cela est presque impossible dans les circonstances naturelles, ainsi que nous allons le voir.

3° D’abord, un milieu limité contenant des plastides vivants ne saurait être ou tout au moins rester homogène. Chaque plastide est en effet un foyer d’activité chimique, de production et de destruction de substances diffusibles ; de plus, l’activité même des plastides détermine des courants dans le liquide et à chaque instant, l’état du milieu de culture en chaque point résulte de l’ensemble très complexe de l’activité passée et actuelle de tous les plastides qu’il contient. Or le mode d’activité de chaque plastide est une conséquence de l’état du milieu au point où il est situé et se trouve lié par conséquent à l’activité passée et actuelle de tous ses cohabitants. C’est la loi de corrélation des plastides en milieu limité.

Mais, c’est seulement à la condition d’assimilation que, par définition même, les plastides se multiplient en restant semblables à eux-mêmes. Dans un milieu limité, la condition d’assimilation ne peut pas durer

  1. Je ne m’occupe pas ici de la sporulation ; qui ne se produit jamais pour les tissus des animaux supérieurs auxquels je veux arriver tout à l’heure.