Page:Le Dantec - Lamarckiens et Darwiniens.djvu/68

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

part des objections qu’on lui a posées par une hypothèse nouvelle. Voici un crabe adulte ; on lui casse une patte… elle repousse semblable à elle-même. C’est que, dit Weissmann, il existe des déterminants de réserve qu’un traumatisme seul a le pouvoir de mettre en activité. Et si le phénomène se reproduit, il invoquera les déterminants de réserve 2e catégorie !! Il manie avec une aisance incroyable ces déterminants si précieux ; il les rend actifs quand cela est nécessaire et les met en réserve quand il lui plaît sans nous dire pourquoi, et cela est bien commode pour expliquer la transmission héréditaire des caractères latents ! Mais toutes ces hypothèses sont au moins aussi compliquées que les faits dont elles donnent une explication et encore cette explication se réduit-elle à une formule spécieuse qui semble explicative quand on n’y fait pas attention ! Il est vraiment étonnant que ce système invraisemblable et fragile, cet échafaudage d’hypothèses compliquées ait provoqué un engouement si profond et si durable chez des philosophes et des naturalistes ; mais cet engouement inexplicable a été, au moins d’une manière, utile à la science en provoquant des études minutieuses sur l’hérédité des caractères acquis, ce fait capital de la biologie générale et de l’histoire de la formation des espèces, et que le système de Weissmann rend inadmissible.

Jusqu’à lui, tout le monde y avait cru, mais il s’est trouvé dans la nécessité de refuser d’y croire ou de renoncer à son système et il a bravement pris le premier parti. Les néo-Darwiniens se sont jetés à l’eau avec lui et ont combattu avec acharnement les néo-Lamarckiens partisans des acquisitions héréditaires ; on a épluché tous les faits jusque-là indiscutés de